La Russie réplique aux sanctions américaines mais reste ouverte à un sommet

·2 min de lecture

La Russie a annoncé vendredi l'expulsion prochaine de dix diplomates américains ainsi que diverses restrictions qui rendront la vie plus compliquée aux représentations américaines en Russie. 

La Russie a dévoilé vendredi sa réplique aux nouvelles sanctions américaines, avec notamment l'expulsion de diplomates et l'interdiction faite à de hauts responsables d'entrer sur son territoire, tout en se disant ouverte à l'idée d'un sommet entre Vladimir Poutine et Joe Biden, une proposition «positive». Ce nouvel échange de mesures punitives intervient à un moment où les relations entre les deux rivaux géopolitiques n'ont cessé de se dégrader sur fond d'accusations par les Etats-Unis d'ingérences notamment dans l'élection présidentielle américaine de 2020, d'espionnage et de cyberattaques.

Washington a annoncé jeudi des sanctions supplémentaires visant la Russie, qui impliquent notamment l'expulsion de dix diplomates russes et l'interdiction faite aux banques américaines d'acheter directement de la dette émise par ce pays après le 14 juin prochain.

La réponse de Moscou n'a pas tardé, le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov annonçant vendredi l'expulsion prochaine de dix diplomates américains, diverses restrictions qui rendront la vie plus compliquée aux représentations américaines en Russie, ainsi que l'interdiction sur son territoire des fondations et ONG américaines qui «s'ingèrent ouvertement» dans sa politique intérieure.

Plusieurs membres du gouvernement de Joe Biden ne seront en outre plus autorisés par la Russie à y séjourner : il s'agit des ministres de la Justice, de la Sécurité intérieure, de la conseillère en politique intérieure, du patron du FBI et de la directrice du renseignement.

Sergueï Lavrov a également annoncé que Moscou avait «recommandé» à l'ambassadeur des Etats-Unis, John Sullivan, de rentrer à Washington pour «y avoir des consultations approfondies et sérieuses». L'ambassadeur de(...)


Lire la suite sur Paris Match