La Russie réduit ses livraisons de gaz à plusieurs pays européens

PHOTO / ANTON VAGANOV / REUTERS

“Après l’Allemagne, l’Autriche et la République tchèque signalent une réduction de leur approvisionnement en gaz en provenance de Russie, annonce Die Presse. Le groupe russe Gazprom a prévenu qu’il ne serait pas en mesure d’assurer la totalité des approvisionnements gaziers à destination des deux pays en raison de problèmes techniques. “L’Autriche, qui dépend à 80 % du gaz russe, est considérée comme particulièrement vulnérable [face à une telle diminution des approvisionnements].”

Depuis plusieurs jours, “les mauvaises nouvelles sont distillées au compte-gouttes”, commente le quotidien autrichien. Mardi 14 juin, Berlin avait déjà été informé par Gazprom d’une réduction de 40 % des livraisons de gaz russe via le pipeline Nord Stream 1, qui traverse la mer Baltique. L’entreprise d’État russe avait invoqué des problèmes de matériel, dont l’absence d’un compresseur de la marque Siemens, bloqué au Canada à cause des sanctions contre le régime de Vladimir Poutine. “Dans la nuit de mercredi à jeudi, elle avait procédé à une nouvelle réduction des envois vers l’Allemagne”, empêchant le pays d’envoyer du gaz vers la France. Sur la même période, les livraisons vers l’Italie avaient également décliné.

Une stratégie politique ?

Ces annonces “alimentent l’incertitude” des marchés et “font monter les prix”, selon l’Agence fédérale des réseaux (Bundesnetzagentur), l’autorité allemande chargée de l’énergie, des télécommunications et des chemins de fer. Cité par Die Presse, son président, Klaus Müller, y voit un “signal d’alarme” à destination des Occidentaux.

Pour le journal viennois, qui reprend des arguments des gouvernements italien et allemand, la réduction des livraisons pourrait être “politiquement motivée”. “La réduction de la quantité de gaz coïncide avec la visite du chancelier allemand Olaf Scholz à Kiev”, rappelle le titre. Lors de ce voyage, le chef du gouvernement allemand a fait savoir, aux côtés des dirigeants français, italien et roumain, qu’il soutenait l’octroi à l’Ukraine du statut de candidat à l’Union européenne. La Commission européenne s’est également prononcée dans ce sens ce vendredi 17 juin.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles