Russie: prison avec sursis pour le réalisateur et metteur en scène Kirill Serebrennikov

C’est l’épilogue d’une affaire judiciaire qui a tenu en haleine le monde de l’art et du théatre russes au cours des trois dernières années. Kirill Serebrennikov, réalisateur et metteur en scène accusé de détournement de fonds par les autorités de son pays, a été reconnu coupable de fraude, mais il n'a été condamné qu'à une peine de prison avec sursis. C’est donc le soulagement pour le réalisateur et son entourage.

De notre correspondant à Moscou,

Clameur de joie et applaudissements à l’énoncé du verdict : les partisans du réalisateur, massés devant les grilles du tribunal, craignaient une peine beaucoup plus sévère.

Trois ans de prison, mais avec sursis, cela veut dire que la juge chargée de l’affaire se refuse à désavouer l’accusation et le parquet, mais qu’elle renonce à envoyer le réalisateur en prison.

Cette affaire Serebrennikov avait suscité une très forte émotion en Russie, et une mobilisation importante du monde culturel car elle semblait fabriquée de toutes pièces pour museler l’une des voix les plus novatrices et les plus reconnues du théâtre russe actuel, et une voix qui ne cadrait pas avec les valeurs traditionnelles et conservatrices du pouvoir russe.

C’est pour cela qu’on a voulu le faire taire et le mettre en prison, expliquait à RFI l’un de ses admirateurs venus le soutenir devant les portes du tribunal.

Finalement, l’affaire se dégonfle, en quelque sorte, mais la condamnation reste, et même si Kirill Serrebrenikov est en liberté, la menace va continuer de peser sur nous, disait encore à RFI la directrice d’un théâtre moscovite, très préoccupée pour la liberté de création dans son pays.