La Russie pourrait-elle utiliser ses armes nucléaires dans la guerre avec l'Ukraine ?

La Russie pourrait-elle utiliser ses armes nucléaires dans la guerre avec l'Ukraine ?

La Russie a brandi à plusieurs reprises la menace du recours à la force nucléaire pour reprendre le dessus dans sa guerre en Ukraine.

Lorsque Vladimir Poutine a annoncé une mobilisation partielle des réservistes ce mois-ci, il a proféré une autre menace à peine voilée : Moscou serait prêt à utiliser des armes nucléaires dans le conflit.

Son allocution télévisée du 21 septembre est intervenue quelques jours après que l'armée ukrainienne a lancé une contre-offensive surprise pour reprendre le territoire autour de Kharkiv, deuxième plus grande ville dans l'est du pays.

"Je tiens à vous rappeler que notre pays dispose également de divers moyens de destruction… et lorsque l'intégrité territoriale de notre pays est menacée, pour protéger la Russie et notre peuple, nous utiliserons certainement tous les moyens à notre disposition", a déclaré le président russe.

"Ce n'est pas du bluff", a-t-il ajouté.

Des commentaires qui ont suscité l'inquiétude et l'indignation de l'Occident, le président américain Joe Biden accusant la Russie de proférer des menaces "imprudentes" et "irresponsables".

"Une guerre nucléaire ne peut être gagnée et ne doit jamais être menée", a t-il déclaré devant l'Assemblée générale des Nations unies, répétant l'engagement pris par les deux pays pendant la Guerre froide de respecter le traité de 1968 sur la non-prolifération des armes nucléaires.

Les armes nucléaires stratégiques

Les armes nucléaires n'ont jamais été utilisées dans une guerre depuis 1945, lorsque les deux bombes atomiques larguées par les États-Unis sur Hiroshima et Nagasaki ont dévasté les villes japonaises et tué instantanément des dizaines de milliers de personnes.

"C'est une tradition de 76 ans de non-utilisation des armes nucléaires. Et c'est la caractéristique la plus importante de l'ère nucléaire, et nous voulons vraiment que cela reste ainsi", a déclaré à Euronews Nina Tannenwald, maître de conférences en relations internationales à l'université de Brown aux États-Unis.

L'horreur des bombardements a fait entrer le monde dans l'ère de la dissuasion nucléaire, où les puissances mondiales se sont précipitées pour développer de telles armes, tout en sachant que leur utilisation serait catastrophique pour l'humanité - et en s'abstenant donc de les utiliser les unes contre les autres.

Aujourd'hui, la Russie possède le plus grand arsenal nucléaire du monde avec environ 6 257 têtes nucléaires, tandis que les États-Unis admettent en posséder 5 550, selon une note d'information publiée en janvier par l'Arms Control Association.

Parmi celles-ci, les armes dites "stratégiques" - celles dont le rendement est le plus élevé - sont déployées sur des sous-marins, des bombardiers et des missiles balistiques intercontinentaux.

"Les armes nucléaires stratégiques sont les grandes destructrices de villes", a déclaré l'experte qui a écrit un livre sur la dissuasion nucléaire.

"Ce sont des armes incroyablement destructrices. Si nous entrions dans une guerre nucléaire avec des armes stratégiques, ce serait essentiellement la fin de la civilisation dans les deux pays".

Des armes nucléaires tactiques plus petites

Mais quelque 2 000 des ogives nucléaires russes sont des armes nucléaires à courte portée, dites "tactiques", entreposées dans des installations de stockage dans tout le pays.

Il s'agit d'armes nucléaires beaucoup plus petites, conçues pour être utilisées sur le champ de bataille contre des formations de troupes, des chars ou des installations et bunkers militaires.

Elles peuvent être lancées sur les mêmes missiles à courte portée que ceux que la Russie utilise actuellement pour bombarder l'Ukraine, comme son missile balistique Iskander-M, dont la portée est d'environ 500 km.

Les armes tactiques ont été développées pendant la Guerre froide dans le but de "consolider" la dissuasion nucléaire, a expliqué Nina Tannenwald.

"L'inquiétude était la suivante : si vous n'avez que ces armes qui détruisent les villes, les gens auront trop peur de les utiliser, car elles sont trop destructrices. Et donc, la menace dissuasive à un moment donné est moins crédible", a-t-elle déclaré.

"L'argument était le suivant : Si vous avez ces armes nucléaires plus petites et moins destructrices, la menace de les utiliser serait plus crédible parce qu'elles sont moins dommageables et donc la dissuasion serait plus forte".

Aujourd'hui toutefois, le risque réside dans le fait que "ces armes semblent être plus faciles à utiliser et qu'il est donc plus probable que les dirigeants puissent les utiliser en cas de crise".

Service de presse du ministère russe de la Défense via AP
Cette photo non datée fournie par le ministère russe de la Défense montre un missile Iskander-K lancé lors d'un exercice militaire sur un terrain d'entraînement. - Service de presse du ministère russe de la Défense via AP

Quelle serait leur capacité de destruction ?

Pavel Podvig, expert des forces nucléaires russes et chercheur principal à l'Institut des Nations unies pour la recherche sur le désarmement (UNIDIR), affirme qu'il existe très peu de scénarios sur le champ de bataille où l'immense puissance dégagée par les armes nucléaires pourrait réellement avoir un objectif tactique - par exemple, détruire des structures souterraines ou des bunkers renforcés.

Selon lui, l'objectif principal des armes nucléaires tactiques reste un objectif stratégique : terroriser l'ennemi et prendre le dessus dans un conflit.

"Toute cette notion de petites armes nucléaires ou de frappes limitées n'est qu'un moyen de trouver une mission pour ces armes et de justifier en quelque sorte leur existence", a t-il déclaré à Euronews.

"Leur mission principale n'est pas d'attaquer des cibles militaires. La mission principale de ces armes est de démontrer votre volonté et votre préparation à attaquer et à tuer beaucoup, beaucoup de civils".

Bombes nucléaires à puissance variable

La plupart des armes nucléaires actuelles sont à puissance variable, c'est-à-dire que leur quantité d'énergie explosive peut être augmentée ou diminuée en fonction de la situation et des objectifs militaires.

Par exemple, la dernière version de la bombe nucléaire B61 développée par les États-Unis peut libérer 0,3, 1,5, 10 ou 50 kilotonnes d'énergie explosive. En comparaison, la bombe d'Hiroshima avait une force d'environ 15 kilotonnes.

"Nous parlons d'armes encore incroyablement dévastatrices", explique Nina Tannenwald.

"Et comme il s'agit d'armes nucléaires, elles produiraient un champignon atomique, une boule de feu. Elles mettraient le feu à tout ce qui est en vue. Elles libéreraient des quantités massives de radiations. Personne ne devrait donc penser qu'il s'agit d'armes plus facilement utilisables".

Service de presse du ministère russe de la Défense via AP
Cette photo tirée d'une vidéo fournie par le ministère russe de la Défense le 19 février 2022 montre un missile russe Iskander-K lancé lors d'un exercice militaire. - Service de presse du ministère russe de la Défense via AP

Quels sont les signaux d'alerte ?

Heureusement, les armes nucléaires ne sont généralement pas déplacées de manière inaperçue.

Elles sont stockées dans des installations dédiées, et dans le cas de la Russie, habituellement à une certaine distance des bases aériennes militaires, dans des structures protégées ressemblant à des bunkers, explique M. Podvig.

"Il faudrait les sortir de ce bunker, les charger dans des camions, les conduire à la base aérienne, les charger, puis les accoupler. Il s'agirait donc d'une étape visible", a-t-il déclaré.

Nina Tannenwald ajoute que si la Russie devait utiliser des armes nucléaires, elle les livrerait probablement par le biais du système de missiles Iskander déjà utilisés avec des armes conventionnelles en Ukraine.

"Il s'agit de lanceurs mobiles, c'est-à-dire qu'ils sont montés sur des camions et se déplacent, et c'est ce que l'on pourrait observer."

"Vous verriez une augmentation des niveaux d'alerte du commandement des armes nucléaires en Russie. Vous verriez donc sans aucun doute des mouvements, des signaux indiquant que la Russie accélère, augmente ses niveaux d'alerte, déplace les choses".

Selon toutes les indications, à l'heure où nous écrivons ces lignes, ces mesures n'ont pas encore été prises.

"Ce n'est pas comme si des lanceurs de missiles Iskander circulaient avec leurs têtes nucléaires installées, et il n'y a pas d'avions positionnés sur le tarmac avec des bombes nucléaires en place - non, nous n'en sommes pas là", a déclaré Pavel Podvig.

Nina Tannenwald espère aussi que le tabou de l'utilisation des armes nucléaires ne sera pas brisé de sitôt.

Mais elle craint que Poutine, frustré par l'impasse en Ukraine, n'interprète de manière très personnelle ce qui constitue une "menace existentielle" pour la Russie.

"Si Poutine sent que son règne est menacé, s'il ne fait pas preuve un certain succès en Ukraine ou s'il n'a pas l'air fort, utiliserait-il une arme nucléaire ? À ce stade, il ne s'agit pas de la sécurité de la Russie. Il ne s'agit pas d'une menace existentielle pour la Russie. Il s'agit d'une menace existentielle pour Vladimir Poutine lui-même", a t-elle déclaré.