La Russie, "sans pitié", pourrait être à nouveau sanctionnée, dit l'UE

par Robin Emmott
·2 min de lecture
LA RUSSIE, "SANS PITIÉ", POURRAIT ÊTRE À NOUVEAU SANCTIONNÉE, DIT L'UE

par Robin Emmott

BRUXELLES (Reuters) - Le chef de la diplomatie européenne a fait savoir mardi au Kremlin que la Russie pourrait être confrontée à de nouvelles sanctions pour avoir emprisonné en janvier l'opposant Alexeï Navalny, qualifiant le gouvernement russe de "sans pitié", autoritaire et effrayé par la démocratie.

Josep Borrell, Haut Représentant de l'Union européenne, a indiqué dans son blogue que sa visite vendredi dernier à Moscou avait conforté son opinion selon laquelle "l'Europe et la Russie s'éloignaient petit à petit l'une de l'autre".

"Il semble qu'il n'y ait pratiquement pas de place pour le développement d'alternatives démocratiques", a-t-il commenté, inquiet de la voie autoritaire prise par le gouvernement russe.

"Il est sans pitié pour réprimer de telles tentatives", a-t-il déclaré mardi au Parlement européen, ajoutant que le Kremlin considérait la démocratie comme une "menace existentielle".

"La Russie cherche à nous diviser", a affirmé Josep Borrell.

Alexeï Navalny a été arrêté le 17 janvier dernier à son retour à Moscou après près de cinq mois de convalescence en Allemagne à la suite de son empoisonnement.

Les tensions entre le bloc et la Russie à propos de l'affaire sont montées d'un cran vendredi, après l'expulsion par Moscou de diplomates suédois, allemand et polonais accusés d'avoir participé à des rassemblements de soutien illégaux en faveur de l'opposant au gouvernement de Vladimir Poutine.

De nombreux parlementaires européens ont souligné que la visite de Josep Borrell en Russie avait été l'occasion pour le Kremlin d'envoyer un message à l'Occident, priée de se tenir à l'écart des affaires intérieures russes.

Au moins 81 députés ont ainsi appelé à la démission du chef de la diplomatie européenne.

Josep Borrell a quant à lui déclaré qu'il envisageait de sanctionner le gouvernement russe, mais que la décision finale appartenait aux États membres de l'Union.

(Avec Anton Kolodyazhnyy, version française Juliette Portala, édité par Jean-Michel Bélot)