La Russie ouvre une enquête après des révélations sur des viols en prison

·2 min de lecture

La torture et les mauvais traitements dans les prisons et colonies pénitentiaires russes sont connus et les scandales réguliers, mais rarement ils sont aussi précisément et largement documentés. Une ONG de défense des prisonniers a reçu plus de 1 000 vidéos de sévices et de violences sexuelles, tournées par l’administration pénitentiaire elle-même.

Avec notre correspondante à Moscou, Anissa El Jabri

Encore une fois, c’est l’hôpital prison de la région de Saratov, à un peu plus de 700 kilomètres de Moscou, qui se signale par des images sinistres. En septembre dernier, cinq photos témoignaient déjà de scènes de violence sexuelle et de torture. Cette fois ce ne sont pas moins de 40 gigaoctets de vidéos de viols de trois détenus, dont l’une, insoutenable, de trois minutes, qui sont parvenus à l’ONG russe Gulagu.net spécialisée dans la défense des prisonniers.

Au-delà de ces scènes d’une grande violence, ce qui choque aussi en Russie, c est que les images sont prises avec le matériel de l’administration pénitentiaire.

Quatre responsables de la prison renvoyés

L’émotion est telle que le porte-parole du Kremlin a dans les heures qui ont suivi la publication des vidéos annoncé une enquête. Puis limogé quatre responsables de l'administration pénitentiaire locale.

À la commission de surveillance des prisons de la région de Saratov on affirme en tout cas s’être régulièrement rendu sur place les six derniers mois. « Aucun prisonnier ne s’est plaint » affirme son président.

Torturer pour obtenir des aveux, filmer pour faire du chantage ensuite, la pratique en tout cas ne semble pas limitée à la région. L’ONG Gulagu.net estime à cinq ou six les lieux de détention en Russie où des détenus peuvent être amenés spécialement pour y subir des violences.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles