Russie : Navalny affirme qu'une commission pénitentiaire l'a désigné comme «terroriste»

·1 min de lecture

Alexei Navalny désigné comme détenu « terroriste et extrémiste » par l'administration pénitentiaire russe. C'est du moins ce qu'affirme l'opposant par le biais des réseaux sociaux. Alexei Navalny s'en étonne mais se réjouit de ne plus être considéré comme un détenu « susceptible de s'évader ». Ce qui devrait lui permettre, dit-il, d'échapper aux contrôles nocturnes qu'il assimilait à une forme de torture par privation de sommeil.

Incarcéré depuis son retour en Russie en janvier dernier, Alexei Navalny n'a rien perdu de son sens de l'humour. Dans un message publié sur les réseaux sociaux ce lundi, l'opposant qualifie « d'excellente nouvelle » ce changement de statut.

« J'avais peur d'être obligé d'embrasser le portrait de Poutine ou d'apprendre par cœur des citations de Medvedev », écrit-il dans ce message : « mais rien de tel, je rejoins seulement la cohorte des détenus qualifié d'extrémistes et de terroristes ».

Dans son message Alexei Navalny se réjouit surtout de ne plus être considéré comme un détenu susceptible de s'évader. L'opposant accusait en effet ses gardiens de le réveiller toutes les deux heures, afin de s'assurer de sa présence, ce qu'il comparait à une forme de torture par privation de sommeil. L'administration pénitentiaire russe affirmait pour sa part que ces contrôles nocturnes ne gênaient en rien le sommeil du prisonnier le plus célèbre de Russie.

Interrogée par le journal russe RBK, l'une des avocates d'Alexei Navalny s'est réjouie de la fin d'un traitement qu'elle avait contesté en justice à deux reprises. Mais Olga Mikhaïlova a fait savoir qu'elle ferait appel de ce nouveau statut de « détenu extrémiste et terroriste », et d'une décision qu'elle qualifie de totalement infondée.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles