En Russie, "le mouvement international LGBT" est désormais considéré comme "terroriste"

Banni par la Cour suprême russe en novembre 2023, le "mouvement international LGBT", qui n'a aucune existence légale dans le pays, a été placé sur sa liste des personnes déclarées "terroristes et extrémistes". Un nouveau tour de vis qui ouvre la voie à une répression accrue contre les personnes homosexuelles.

C'est une nouvelle étape franchie dans la croisade du Kremlin menée contre les minorités sexuelles. La Russie a placé le "mouvement international LGBT" sur sa liste des personnes déclarées "terroristes et extrémistes", selon une notice du service russe des renseignements financiers consultée vendredi 22 mars par l'AFP, les autorités ayant renforcé la répression des minorités sexuelles.

Le "mouvement international LGBT" avait déjà été banni par la Cour suprême russe en novembre 2023, même si aucune organisation ne portant ce nom n'existe en Russie.

Cette formulation, bien que floue, avait ouvert la voie à de lourdes peines de prison.

Le président Vladimir Poutine, qui vient d'être reconduit à la tête de son pays pour six ans, promeut de longue date "la famille" et la religion face à un Occident décrit comme "décadent", voire "sataniste".

Et depuis l'attaque de grande ampleur contre l'Ukraine, déclenchée fin février 2022, les autorités russes répriment parallèlement de plus en plus fortement les minorités sexuelles.

"Relations sexuelles non traditionnelles"


Lire la suite sur FRANCE 24

Lire aussi:
Interdiction du mouvement LGBT+ en Russie : "Poutine instrumentalise la peur des homosexuels"
La Cour suprême russe bannit le "mouvement international LGBT+" pour "extrémisme"
La "guerre sainte" selon Poutine : Ivan Ilyine, un fanatique derrière l'idéologie du "monde russe"