Russie : hospitalisée pour une fracture de l'épaule, elle prend feu sur la table d'opération

Un incendie se déclenche à l'intérieur d'un hôpital russe, dans le bloc opératoire (Photo : Alexander Zemlianichenko Jr/Xinhua via Getty Images) (Xinhua News Agency via Getty Images)

Victime de brûlures multiples, la patiente a été prise en charge en soins intensifs. Un chirurgien aurait également été blessé au cours de l'incident.

Une défaillance technique au plus mauvais moment. Un grave incident s'est produit il y a quelques jours dans un hôpital de Moscou (Russie), qui a mis en danger la vie d'une patiente ainsi que de plusieurs soignants, et provoqué l'ouverture d'une enquête au plus haut niveau fédéral.

D'après Ouest France, qui relaie des informations provenant de médias locaux, un incendie se serait en effet déclenché au beau milieu d'une intervention chirurgicale, sur la table d'opération ! Le quotidien régional explique que les médecins étaient en train d'opérer une femme victime d'une fracture de l'épaule lorsqu'un feu se serait subitement propagé dans la pièce.

Le feu serait parti d'un court-circuit sur un appareil chirurgical

D'après les premiers éléments recueillis ultérieurement par les enquêteurs, un "court-circuit dans un des équipements chirurgicaux" pourrait être à l'origine du début d'incendie. Les flammes ont en tout cas rapidement atteint les draps sur lesquels était allongée la patiente, lui causant de sévères brûlures "au cou, au dos, à la poitrine et à l’épaule".

Le feu a immédiatement été éteint et la malheureuse patiente a été prise en charge en soins intensifs dans la foulée. Son pronostic vital ne serait pas engagé. Ouest France précise par ailleurs qu'un chirurgien a également été blessé par l'incendie. A la suite de ce couac fâcheux, le Comité d'enquête de la fédération de Russie a annoncé l'ouverture d'une enquête pour mieux comprendre ce qui s'était passé et tenter d'établir des responsabilités.

VIDÉO - Priscille Deborah : "J’ai sauté sous une rame de métro. Je me suis réveillée à l’hôpital sans jambes et sans bras droit"