Russie: les grandes manœuvres de Vladimir Poutine pour l’après-2024

Démission de Dmitri Medvedev, nomination express d’un nouveau Premier ministre et annonce d’une vaste réforme constitutionnelle : Vladimir Poutine a abattu plusieurs cartes ce 15 janvier en vue de l’après-2024, date à laquelle il doit théoriquement renoncer au pouvoir. Avec cette cascade d’annonces, plusieurs scénarios se dessinent désormais.

De notre correspondant à Moscou, Daniel Vallot

Première certitude : Vladimir Poutine n’a pas l’intention de rester au pouvoir en tant que président au-delà de 2024. Mais d’autres pistes se dessinent, car le président russe propose de renforcer le rôle du Premier ministre et du Parlement. Pour certains, c’est le signe que Vladimir Poutine a l’intention de refaire « le coup de 2008 » et donc de redevenir chef du gouvernement. Un scénario qui aurait un air de déjà-vu et qui serait très mal perçu par une partie de la population.

Mischoustine, nouvel homme fort ?

Autre piste évoquée : Vladimir Poutine pourrait s’emparer d’un poste à la tête d’un organisme qui lui permettrait de continuer à jouer un rôle. De nombreux observateurs notent ce jeudi matin que le président russe propose de renforcer le Conseil d’État, une institution aujourd’hui méconnue, mais qui pourrait se voir attribuer un rôle plus important.

Enfin, dernier scénario : Vladimir Poutine s’efface pour de bon, mais il veille à trouver un successeur capable de protéger ses intérêts après son départ. Ce successeur pourrait-il être Mikhaïl Mischoustine, l’homme choisi par Vladimir Poutine pour succéder à Dmitri Medvedev ?

Il est évidemment beaucoup trop tôt pour l’affirmer mais, avec cette nomination et cette réforme de la Constitution à venir, c’est bien l’après-2024 que le Kremlin est en train de préparer.