Russie: un franco-russe risque la prison pour avoir participé à une manifestation pro-Navalny

·2 min de lecture
Des policiers arrêtent un partisan de l'opposant russe Alexeï Navalny, le 3 février 2021 à Moscou. (Photo d'illustration) - NATALIA KOLESNIKOVA © 2019 AFP
Des policiers arrêtent un partisan de l'opposant russe Alexeï Navalny, le 3 février 2021 à Moscou. (Photo d'illustration) - NATALIA KOLESNIKOVA © 2019 AFP

Un ressortissant franco-russe, Cyril Danielou, doit être jugé ce jeudi pour avoir participé à une manifestation non autorisée en faveur de l'opposant Alexeï Navalny, a indiqué à l'AFP l'intéressé qui risque 15 jours de prison.

Cyril Danielou, un étudiant en géographie en France de 22 ans, a indiqué s'être retrouvé "par hasard" près des manifestants pro-Navalny mardi soir, en sortant quelques minutes plus tôt d'un bar du centre de Moscou.

La police l'a interpellé "sans raison"

"J'étais venu (en Russie) pour l'anniversaire de ma grand-mère et j'avais mon billet retour pour" mercredi soir, a-t-il expliqué, assurant que la police l'avait interpellé "sans raison".

Après deux nuits en cellule et un report d'audience mercredi, il s'attend à être jugé dans l'après-midi au tribunal Timiriazevski de Moscou. L'instance est débordée par les dossiers de participation à une manifestation illégale, suite à l'arrestation de centaines de personnes mardi soir, a-t-il raconté.

"Tout le monde prend au minimum 10 jours" de détention, a relaté Cyril Danielou, excepté mercredi "un Syrien qui ne parlait pas russe, qui n'avait ni avocat ni traducteur et qui a été condamné à 15.000 roubles d'amende" (165 euros au taux actuel).

L'ambassade de France à Moscou suit l'affaire

L'ambassade de France à Moscou n'a pas souhaité s'exprimer sur le sujet, mais le consulat a indiqué suivre l'affaire.

La police a arrêté plus de 10.000 personnes en Russie depuis le 23 janvier, en lien avec des rassemblements de soutien en faveur d'Alexeï Navalny. L'ampleur de la répression a été dénoncée par les pays européens, les Etats-Unis mais aussi de nombreuses ONG et médias russes.

Le principal opposant à Vladimir Poutine, qui a survécu à un empoisonnement l'année dernière, a été emprisonné pour deux ans et huit mois à l'issue d'une comparution mardi pour avoir violé, selon les autorités, un contrôle judiciaire.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles