Comment Russie et Etats-Unis partagent l'illusion de garder le contrôle sur un monde multipolaire

Yves Jeanclos
Comment Russie et Etats-Unis partagent l'illusion de garder le contrôle sur un monde multipolaire.

Loin des affrontements idéologiques en vogue dans les années 1960, Russie et Etats-Unis déploient au XXIe siècle des stratégies de pragmatisme, d'opportunisme voire d'impérialisme remettant en selle la bipolarisation de la sécurité internationale.

La dualité internationale est à peine perceptible dans les premières années du XXIe siècle avec en 2002 la fin du traité ABM et la négociation du traité SORT d'une part et les projections américaines de déploiement de missiles en Europe aux frontières de la Russie d'autre part. Aujourd'hui, elle est manifeste aux yeux de la communauté internationale.

Les politiques de sécurité et de défense d'affrontement des deux grandes puissances apparaissent à la loupe grossissante de leurs actions au Moyen-Orient depuis 2015. Elles se manifestent également par d'intempestifs déploiements de missiles et anti-missiles en Europe ou à ses abords niant la validité du traité FNI de 1987. Elles abrogent de facto l'architecture de sécurité construite patiemment et difficilement entre 1967 et 2001.

Etats-Unis versus Russie: politique industrielle ou territoriale

Les affrontements entre la Russie et les Etats-Unis ne sont aujourd'hui nullement idéologiques, culturels ou religieux. Ils sont la manifestation de politiques volontaristes d'occupation de la scène internationale et parfois même de tentations hégémoniques en matière énergétique -via les tuyaux du gazoduc Nordstream 2 ou le dévolu jeté de manière concurrente sur les richesses gazières de la Méditerranée orientale.

La Russie sait se tailler la part du lion en s'efforçant de récupérer les morceaux rompus de l'ancien empire soviétique. Elle choisit d'agir par petites touches territoriales et politiques. En 2008, aux abords de la Géorgie, elle crée deux petites républiques autonomes entièrement dans sa main: l'Abkhazie et l'Ossétie du Sud, sans relâcher sa pression sur la fiévreuse Tchétchénie. En 2014 la Russie reconquiert la Crimée qui avait été octroyée à l'Ukraine par...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post



En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages