La Russie empêche l'adoption d'un texte à l'ONU sur le désarmement nucléaire

Angelillo John/UPI/ABACA

Selon des sources proches des négociations, la Russie s'est particulièrement opposée aux paragraphes concernant la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporijjia, occupée par les militaires russes.

La Russie a empêché vendredi l'adoption d'une déclaration commune à l'issue des quatre semaines de la conférence d'examen à l'ONU du traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP), dénonçant des termes "politiques".

Les 191 pays signataires du TNP, qui vise à empêcher la propagation des armes nucléaires, favoriser un désarmement complet et promouvoir la coopération pour l'utilisation pacifique de l'énergie nucléaire, étaient réunis au siège des Nations unies à New York depuis le 1er août.

Mais malgré un mois de négociations et une session finale reportée de plusieurs heures vendredi, "la conférence n'est pas en position de parvenir à un accord", a déclaré le son président, l'Argentin Gustavo Zlauvinen, après l'intervention de la Russie.

Alors que les décisions sont prises par consensus, le représentant russe, Igor Vishnevetsky, a en effet dénoncé l'absence d'"équilibre" dans le projet de texte final de plus de 30 pages.

"Notre délégation a une objection clé sur certains paragraphes qui sont éhontément politiques", a-t-il déclaré, répétant plusieurs fois que la Russie n'était pas le seul pays à avoir des objections sur le texte de façon générale.

Selon des sources proches des négociations, la Russie s'est particulièrement opposée aux paragraphes concernant la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporijjia, occupée par les militaires russes.

Le dernier texte sur la table, vu par l'AFP, soulignait une "grande inquiétude" concernant les activités militaires autour des centrales ukrainiennes, notamment Zaporijjia, la "perte de contrôle" par l'Ukraine de ces sites et "l'impact important sur la sécurité".

D'autres éléments sensibles pour certains Etats étaient également en discussion lors de ces quatre semaines,(...)


Lire la suite sur Paris Match