La Russie durcit le ton pour qu'Apple et Google suppriment l'application de Navalny

·2 min de lecture

À trois semaines des élections législatives et régionales, la Russie hausse très fort le ton contre Apple et Google. Roskomnadzor, le géant des télécoms russe, vient de lancer un deuxième avertissement aux deux compagnies et un avertissement cette fois très dur, parce qu’ils refusent de supprimer de leur plateforme l’application de l’opposant en prison Alexeï Navalny. L'agence les accuse désormais d’ingérence électorale.

Avec notre correspondante à Moscou, Anissa El Jabri

Deux avertissements en à peine dix jours, et cette fois avec la menace de poursuites pénales. Cette mise en garde du gendarme des télécoms à Google et Apple a de surcroît été accompagnée de prises de position politique. Pour la porte-parole de la diplomatie russe Maria Zakharova, l'attitude de Google et Apple est « inacceptable à l'aune des processus électoraux en cours ».

Le 20 août, le gendarme des télécoms avait déjà demandé aux deux compagnies américaines la suppression de l’application du mouvement Navalny. C’est elle qui permet d’avoir recours à cette tactique politique : le vote dit intelligent, l’application indique en effet aux électeurs qui est le candidat le mieux placé pour battre celui du pouvoir. L'opposition a beau être quasi rayée de la carte électorale et les médias indépendants presque tous qualifiés d'agents de l’étranger, le pouvoir à l’approche des élections ne lâche rien.

Cinq jours de prison pour parler de l'application sur Instagram

À Rostov-sur-le-Don, dans le sud du pays, jeudi 2 septembre 2021, une mère de famille a été arrêtée par 1dix agents, cela sur le chemin du jardin d’enfants où elle emmenait sa fille de trois ans et demi. La militante qui avait évoqué sur Instagram ce fameux « vote intelligent » a été condamnée à cinq jours de prison.

Ces législatives qui se tiendront d’ici à trois semaines en Russie se déroulent sans la participation des candidats et alliés du mouvement Navalny, exclus du scrutin ou contraints à l'exil depuis l'interdiction de leurs organisations, déclarées en juin « extrémistes ».

►À lire aussi : En Russie, le fonds anti-corruption d'Alexeï Navalny officiellement fermé

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles