La Russie durcit sa loi contre la "propagande LGBT", la communauté russe inquiète

La loi de 2013 punissant la "propagande LGBT" auprès des mineurs sera renforcée par une interdiction du "déni des valeurs familiales" et de la "promotion des orientations sexuelles non traditionnelles" auprès des adultes également.

La ligne conservatrice suivie par Vladimir Poutine se durcit. Les députés russes ont voté en première lecture jeudi 27 octobre un renforcement de sa loi LGBTphobe. "Les députés de la Douma d'Etat ont adopté à l'unanimité la première lecture des amendements" d'un texte réprimant la "propagande LGBT", précise le Parlement. La loi de 2013 punissant la "propagande LGBT" auprès des mineurs se voit ainsi renforcée par une interdiction du "déni des valeurs familiales" et de la "promotion des orientations sexuelles non traditionnelles" auprès des adultes également.

Ces interdictions concernent "l__es médias, l'internet, la littérature et le cinéma" ou encore la publicité. "Les films faisant la promotion de relations sexuelles non traditionnelles ne recevront pas de certificat de distribution", a averti la Douma. Le texte interdit aussi les "informations susceptibles d'induire le désir de changer de sexe" pour les enfants.

Infractions punies par de fortes amendes

Deux lectures sont encore prévues, avant que la chambre haute du Parlement, le Conseil de la Fédération, l'étudie et qu'elle puisse être soumise pour signature au président Vladimir Poutine, ce qui constitue en règle générale une simple formalité.

"Nous devons protéger nos citoyens et la Russie de la dégradation et de l'extinction, des ténèbres répandues par les Etats-Unis et les Etats européens", a déclaré le président de la Douma Viatcheslav Volodine. Ces infractions seront punies de fortes amendes et les étrangers enfreignant cette loi pourront être expulsés, selon la Douma.

La Russie n'a cessé de renforcer son tournant conservateur ces dernières années face à ce que Vladimir Poutine présente comme une "décadence" de la société occidentale. Ce virage s'est accentué depuis le début de l'offensive russe en Ukraine, présentée par le Kremlin aussi comme un combat contre le monde occidental, déterminé, selon Moscou, à éradiquer la Russie.

Je ne comprends pas vraiment. L'État dit que je suis de la propagande, que ma personnalité est de la propagande, et que mon activité est de la propagande. Je me suis fait une carapace, comme du titane, parce que je souffrais de l’homophobie. Je suis bien plus traumatisé par la propagande russe que la Russie ne l’est par moi.

La communauté LGBTQI+ craint des répressions

Ce durcissement sème la panique dans la communauté LGBTQI+ russe. "Je ne comprends pas vraiment. L'État dit que je suis de la propagande, que ma personnalité est de la propagande, et que mon activité est de la propagande", explique l'activiste Boris Konakov, "Je me suis fait une carapace, comme du titane, parce que je souffrais de l’homophobie. Je suis bien plus traumatisé par la propagande russe que la Russie ne l’est par moi."