Russie: un diplomate de l'ambassade de Bulgarie expulsé suite à une affaire d’espionnage

·2 min de lecture

La Russie a expulsé un diplomate bulgare. Cet attaché militaire adjoint de l'ambassade bulgare à Moscou a 72 heures pour quitter le pays. Le ministère russe des Affaires étrangères précise qu’il s’agit d’une mesure de rétorsion prise contre la décision de la Bulgarie d'expulser mi-décembre l'attaché militaire russe à Sofia. Depuis plus d’un an, la relation entre la Bulgarie et la Russie ne cesse de se détériorer.

Plusieurs affaires d'espionnage ont refroidi le climat entre les deux pays qui entretenaient jusque-là des relations politiques et économiques étroites. Depuis octobre 2019, et l’expulsion d’un premier diplomate russe accusé d’espionnage, le ton est monté. Après cela, quatre autres diplomates russes et un assistant technique ont été expulsés de Bulgarie, la Russie prenant des mesures réciproques.

Cette fois, Moscou réagit au renvoi à la mi-décembre d’un diplomate russe soupçonné d’espionner les troupes américaines stationnées en Bulgarie, pays membre de l'OTAN depuis 2004. Les États-Unis y exploitent trois bases militaires sur lesquelles des exercices ont lieu régulièrement. Après cette expulsion, l'ambassade des États-Unis avait félicité « les efforts de la Bulgarie pour protéger sa souveraineté ». Cette décision avait été qualifiée d’infondée par Moscou.

Affaires d’empoisonnements

Ces expulsions en cascade s’ajoutent à une autre affaire qui a contribué à dégrader les relations entre les deux pays. En début d’année, Sofia avait émis un mandat d’arrêt européen contre trois ressortissants russes inculpés pour l’empoisonnement d’Emilian Gebrev, un producteur et exportateur de munitions.

À lire aussi : Entre la Russie et la Bulgarie, le torchon brûle

Le parquet bulgare avait dans un premier temps estimé qu’il s’agissait d’un empoisonnement accidentel aux insecticides, avant de changer de version. Les enquêteurs bulgares s'intéressent en particulier à un officier du renseignement militaire russe, Denis Sergueiev, considéré comme le troisième suspect dans une autre affaire d’empoisonnement au Novitchok : l’affaire Skripal au Royaume-Uni.