Russie : un diplomate bulgare expulsé en mesure de représailles

Source AFP
·1 min de lecture
6381697 10.11.2020 10 November 2020. President of the Russian Federation Vladimir Putin chairs the SCO Heads of State Council (HSC) Meeting held via videoconference. Aleksey Nikolskyi / Host Photo Agency sco-russia2020.ru
6381697 10.11.2020 10 November 2020. President of the Russian Federation Vladimir Putin chairs the SCO Heads of State Council (HSC) Meeting held via videoconference. Aleksey Nikolskyi / Host Photo Agency sco-russia2020.ru

Près de deux semaines après la décision de la Bulgarie d'expulser un diplomate russe suite à une affaire d'espionnage, Moscou a rétorqué ce lundi en faisant de même avec un diplomate bulgare. « Le 28 décembre, l'ambassadeur de Bulgarie A. Krystin a été convoqué au ministère russe des Affaires étrangères, où il a reçu une note déclarant persona non grata un attaché militaire adjoint de l'ambassade bulgare à Moscou », a indiqué la diplomatie russe, par le biais d'un communiqué.

Lire aussi Phébé ? Les Balkans, théâtre de l'opportunisme russe

Le ministère précise que le responsable bulgare a 72 heures pour quitter la Russie. Il s'agit d'une mesure de rétorsion prise contre la « décision infondée » de la Bulgarie d'expulser mi-décembre l'attaché militaire russe à Sofia, poursuit la diplomatie russe. Sofia avait expulsé ce diplomate après l'ouverture d'une enquête à son encontre pour l'espionnage des troupes américaines stationnées en Bulgarie, pays membre de l'Otan.

Les relations russo-bulgares se tendent

Selon le parquet bulgare, le diplomate recueillait depuis 2017 des informations militaires à l'intention du service de renseignement militaire russe. Les États-Unis exploitent trois bases militaires en Bulgarie. Des exercices y ont régulièrement lieu. L'annonce avait été faite à l'issue d'une visite en Bulgarie du commandant de l'état-major des opérations spéciales de l'Otan, venu discuter de la participation future des forces spéciales bulgares dans des missions [...] Lire la suite