Russie : deux millions de roubles d'amende pour Wikipédia pour des articles sur l'Ukraine

© Kirill KUDRYAVTSEV / AFP

Le site Wikipédia a été condamné mardi à une amende de deux millions de roubles par le un tribunal russe pour deux articles sur l'offensive contre l'Ukraine, jugés mensongers à Moscou. Cette amende infligée à l'encyclopédie en ligne illustre la répression des autorités russes envers les entités qu'elles accusent de publier de "fausses informations".

Un tribunal russe a condamné mardi la maison mère de l'encyclopédie participative en ligne Wikipédia à une amende de deux millions de roubles pour deux articles sur l'offensive contre l'Ukraine, jugés mensongers à Moscou. Selon les agences de presse russes, la Fondation Wikimedia devra payer une pénalité de deux millions de roubles (environ 30.000 euros) pour n'avoir pas retiré ces articles qui contenaient, d'après le tribunal, de "fausses informations".

"Personne ne supprimera" les deux pages en question

Le dirigeant de l'association Wikimedia RU, qui soutient les projets de la Fondation Wikimedia en Russie, a confirmé que cette condamnation portait sur "deux articles liés aux événements en Ukraine". "Personne ne supprimera" les deux pages en question et la décision du tribunal "sera contestée en justice", a dit Vladimir Medeïko à l'AFP.

>> LIRE AUSSI - Stratégie du blackout : pourquoi la Russie veut plonger l'Ukraine dans le noir ?

L'amende infligée à l'encyclopédie en ligne illustre la répression des autorités russes envers les entités et personnes qu'elles accusent de publier de "fausses informations" sur l'intervention militaire en Ukraine. Il s'agit de la troisième amende que la fondation Wikimedia est condamnée à payer en Russie depuis le début de ce conflit.

Internet, un des derniers espaces d'expression libre en Russie

Les principaux réseaux sociaux étrangers, comme Facebook, Twitter et Instagram, ont été bloqués et le géant américain du numérique Google a ...

Lire la suite sur Europe1

VIDÉO - Guerre en Ukraine : Moscou a ciblé des infrastructures lors de bombardements massifs