"La Russie a tout détruit ici, il n'y a plus de maison, plus de travail": à Andriivka, village libéré des Russes, les habitants racontent l'horreur de l'occupation

Dans la banlieue de Kiev, les villages libérés de l’occupation russe tentent de se projeter vers l’avenir. L’une de nos équipes s’est rendue à Andriivka, à 60 km de la capitale. 2000 habitants avant la guerre, 700 aujourd’hui. Ceux qui n’avaient pas voulu ou pas pu fuir racontent l’horreur de l’occupation.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles