Russie : le combat sans relâche du militant Alexeï Navalny

Alexeï Navalny va passer ses prochains jours en prison en Russie. Déjà condamné une première fois pour fraude, dans un procès jugé purement politique par l’Union européenne, le militant russe a cette fois écopé d’une peine de colonie pénitentiaire de deux ans et huit mois de prison. Depuis décembre 2011, l’avocat de 44 ans s’est imposé comme l’opposant numéro un à Vladimir Poutine. Il a survécu à une tentative d’empoisonnement La vie d’Alexeï Navalny aurait pu s’arrêter tragiquement le 20 août dernier, lorsqu'il prend l'avion à l’aéroport de Tomsk. Durant le vol, il fait un malaise et gémit de douleur. L’avion doit atterrir en urgence pour que le militant soit pris en charge. Dans le coma, il est évacué 48 heures plus tard vers l’Allemagne à la demande de sa femme. Il survivra et plusieurs analyses réalisées par des laboratoires allemands, suédois et français, concluront qu’il a été victime d’un agent neurologique proche du novitchok, un poison développé par les services secrets soviétiques. L’ancien avocat accuse alors Vladimir Poutine d’être derrière cette tentative d’empoisonnement. Alexeï Navalny va lui-même enquêter pour tenter de retrouver la trace de ceux qui ont voulu le tuer. En se faisant passer pour un cadre des services de sécurité russes, il berne un membre d’un commando du FSB, les services secrets russes. Ce dernier passe sans le savoir aux aveux. Même s’il savait qu’il allait être condamné à son retour en Russie, Alexeï Navalny a choisi de revenir pour prouver qu’il n’était pas "fini politiquement", rapporte Christo Grozev, journaliste d’investigation Bellingcat.