La Russie collabore avec l'ESA pour mettre en service le bras robotique européen de la Station spatiale

À bord de la Station spatiale internationale, la coopération se poursuit entre cosmonautes russes et astronautes américains et européens malgré le conflit ukrainien et les déclarations « va-t-en-guerre » de Dmitri Rogozine, le directeur général de Roscosmos. Certes, les cosmonautes russes ont été contraints par leur hiérarchie de limiter certaines activités réalisées en commun à bord de l’ISS mais c’est plus de l'ordre du symbolique qu’opérationnel et en aucun cela affecte la sécurité du complexe orbital ou limite son fonctionnement. Dans les faits, cosmonautes et astronautes continuent à travailler ensemble.

Station spatiale : la Russie pourrait décider de suspendre sa participation dans le programme

Ces trois images résument le « premier pas » d'ERA autour du segment russe de l'ISS. L'image de gauche montre une partie du module Nauka, Prichal et ses ports d'amarrage et le véhicule Soyouz MS-21. L'image du milieu montre les deux cosmonautes russes qui déballent le bras (à droite) et préparent un des points d'accroche (à gauche). Sur l'image de droite, on peut voir le bras partiellement déployé. © Nasa
Ces trois images résument le « premier pas » d'ERA autour du segment russe de l'ISS. L'image de gauche montre une partie du module Nauka, Prichal et ses ports d'amarrage et le véhicule Soyouz MS-21. L'image du milieu montre les deux cosmonautes russes qui déballent le bras (à droite) et préparent un des points d'accroche (à gauche). Sur l'image de droite, on peut voir le bras partiellement déployé. © Nasa

Une coopération toujours d'actualité

Preuve que la coopération se poursuit, les trois Russes à bord de l’ISS ont été autorisés à débuter la mise en service du bras robotique ERA de l’Agence spatiale européenne. Oleg Artemyev, Denis Matveev sont sortis dans l’espace les 23 et 28 avril pour déballer le bras en retirant les couvertures thermiques qui le recouvraient, et lui faire quelques mouvements pour s’assurer de son bon fonctionnement. ERA s’est déplié de la même manière qu’un humain s’étire à son réveil et s’est brièvement déplacé d’un point à un autre sous la surveillance de Sergey Korsakov depuis l’intérieur de la Station. D’autres sorties seront nécessaires pour le mettre en service, dont une devrait être réalisée par Samantha Cristoforetti, l’astronaute de l’ESA qui vient d’arriver à bord de l’ISS.

La Station spatiale internationale possède déjà deux bras...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles