La Russie classe "agent de l'étranger" un acteur populaire pour son soutien à l'Ukraine

Arthur Smolianinov, un acteur populaire russe, a été classé
Arthur Smolianinov, un acteur populaire russe, a été classé

Les autorités russes ont affublé vendredi du statut infamant d'"agent de l'étranger" un acteur populaire, Arthur Smolianinov, qui avait dit être prêt à combattre aux côtés des troupes ukrainiennes contre Moscou.

Arthur Smolianinov, 39 ans, a quitté la Russie comme des milliers de ses compatriotes après le début de l'offensive russe en Ukraine.

Dans un entretien au journal d'opposition Novaïa Gazeta Europe, publié la semaine dernière, il a déclaré qu'il pouvait envisager de se voir combattre contre les forces russes.

"Si je participais à cette guerre, ce serait du côté de l'Ukraine", a affirmé cet acteur, connu en Russie notamment pour son rôle dans le film "La 9e compagnie" sorti en 2005, qui se déroule au moment de l'invasion de l'Afghanistan par l'URSS.

Il aussi déclaré qu'il ne souciait pas de ce qui arrivera à la Russie à l'avenir, même si le pays était réduit en "cendres radioactives".

Une qualification contraignante

Vendredi, le ministère de la Justice a ajouté le nom de l'acteur à sa liste "d'agents de l'étranger", un qualificatif largement utilisé par les autorités russes pour réprimer les voix critiques.

Cette classification oblige à de pénibles démarches administratives et à s'identifier en tant que tel dans toute publication, y compris sur les réseaux sociaux, sous peine d'amendes.

La loi sur les "agents de l'étranger" a été durcie en juin, ajoutant de nouvelles interdictions.

L'entretien de Arthur Smolianinov avait provoqué un tollé parmi les partisans du Kremlin. Lundi, le chef du puissant Comité d'enquête, Alexandre Bastrykine, a ordonné l'ouverture de poursuites pénales contre l'acteur.

Plusieurs autres personnalités russes, dont le critique musical Artemi Troïtski, connu pour son hostilité à la politique du Kremlin et exilé lui aussi, ont été classées "agents de l'étranger" vendredi.

Article original publié sur BFMTV.com