Russie et Birmanie, deux pays mis au ban de la communauté internationale, se rapprochent

En plein conflit avec les Occidentaux, Moscou regarde vers l'Asie. Parmi les invités de choix du Forum économique oriental russe organisé à Vladivostok : la Birmanie. Les deux pays, mis au ban de la communauté internationale, se sont rapprochés ces derniers mois.

La Birmanie, pour le putsch militaire qui a renversé le gouvernement démocratiquement élu d'Aung San Suu Kyi en février 2021, et la Russie, pour son invasion de l'Ukraine, sont isolés sur la scène internationale et confrontés à des sanctions occidentales. Autant faire cause commune.

Moscou met le cap sur l’Asie du Sud-Est pour y trouver de nouveaux marchés et Naypidaw a besoin de livraisons d’armes russes. « On dirait que vous n’êtes pas le leader de la Russie, mais le leader du monde » a dit le chef de la junte birmane à l’adresse de Vladimir Poutine, qui, lui, a fait l’éloge des bonnes relations entre les deux pays, qualifiant la Birmanie de « partenaire fiable».

Soutien aux efforts de la junte

Déjà au mois de juillet, le général Min Aung Hlaing s’était rendu « en visite privée » à Moscou pour y rencontrer des responsables du secteur nucléaire et de l’agence spatiale Roscosmos.


Lire la suite sur RFI