En Russie, bientôt un musée sur les « bons côtés » de Staline

·1 min de lecture
Staline reste un personnage respecté par de nombreux Russes.
Staline reste un personnage respecté par de nombreux Russes.

Entre le « Tyran rouge » et le « Petit Père des peuples », la Russie semble de plus en plus pencher pour le second des deux surnoms de Joseph Staline. Témoignage de cette réhabilitation de moins en moins discrète du leader soviétique, un « centre éducatif » qui lui est dédié va sortir de terre à Bor, à l'est de Moscou. Selon NBC, il mettra en avant une vision positive du dictateur.

« Staline était le meilleur leader. Il a gagné la guerre et a construit le pays à partir de ruines », a ainsi déclaré au média américain NBC News Aleksey Zorov, 44 ans, homme d'affaires local et mécène du futur centre, dont la première pierre a été posée le 8 mai, au milieu des drapeaux rouges. Une date qui n'a certainement pas été choisie au hasard. La victoire sur le nazisme, pour laquelle l'URSS a payé un lourd tribut, est largement mise en avant en Russie quand il s'agit de Staline, tandis que la création du goulag et autres exactions sont éludées.

Bustes et portraits de retour

L'image de l'« homme d'acier » reste un symbole de grandeur nationale en Russie, et Vladimir Poutine lui-même ne critique qu'à demi-mot certains aspects du stalinisme : « Une démonisation excessive de Staline est une façon d'attaquer l'Union soviétique et la Russie », jugeait-il déjà en 2018. Aujourd'hui, il n'est pas rare de revoir fleurir les bustes du « Vojd » et, selon plusieurs sondages, la majorité des Russes gardent une bonne image du dictateur.

À LIRE AUSSILiberté d'expression : avant Navalny, le [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles