La Russie et la Biélorussie veulent se rapprocher, voire s'unir

La Russie et la Biélorussie formeront-elles un jour un seul et même État ? Les présidents Vladimir Poutine et Alexandre Loukachenko en ont discuté à plusieurs reprises ce mois-ci. Pour le président biélorusse, il faut plus d’intégration, mais il veut que la Biélorussie garde la souveraineté.

Dans un entretien-fleuve à la radio russe Écho de Moscou, le président biélorusse Alexandre Loukachenko expose sa vision des choses. Il veut plus d’intégration, mais pas au mépris de la souveraineté de son pays, et pas sous la contrainte :

« Si la Russie nous met continuellement la pression, à commencer par les questions du prix du gaz et du pétrole, si elle continue d’écrire et de dire que nous sommes des assistés, que nous sommes ses boulets, nous lui dirons : non merci », a-t-il prévenu.

Intégration poussée pour Moscou

Moscou semble vouloir une intégration plus poussée, ce qui alimente les conjectures : pour certains commentateurs russes, le projet de fusion entre les deux pays pourrait permettre à Vladimir Poutine, de rester au pouvoir au-delà de 2024, à l’issue de son second mandat d’affilée, en prenant alors la tête de cette nouvelle entité.

Alexandre Loukachenko ne ferme pas la porte au projet de rapprochement, tout en restant prudent. « Nous devons nous mettre calmement d’accord sur l’essentiel et le montrer au peuple russe et tout particulièrement au peuple biélorusse, si soucieux de sa souveraineté et de son indépendance, a-t-il précisé. Il est très important de ne faire peur à personne et de ne pas créer un espace pour toutes sortes de provocateurs ou des combats de rue ».

►À écouter aussi : Bonjour l'Europe - Russie-Biélorussie : épilogue d'une bataille frontalière

Vendredi 20 décembre, 2 000 personnes ont manifesté dans la capitale biélorusse Minsk contre ce projet d’intégration. Le rassemblement n’avait pas été officiellement autorisé, mais la police, en général prompte à réagir, est restée en retrait.