La Russie annonce son retrait du traité «Ciel ouvert»

·1 min de lecture

Après Washington en novembre dernier, Moscou a annoncé ce vendredi 15 janvier son retrait du traité Ciel Ouvert. Depuis 2002, il permettait aux 35 pays signataires d’opérer des vols d’observation non armés au-dessus des pays membres afin de promouvoir la confiance et la prévisibilité des activités militaires.

Avec notre correspondant à Moscou, Jean-Didier Revoin

Bien évidemment, la Russie impute son retrait du traité « Ciel ouvert » aux Américains. Mais pas seulement. Les alliés des États-Unis sont également visés. Plus particulièrement les pays de l’OTAN.

Moscou leur reproche d’avoir refusé ses propositions faites pour sauver ce traité. Notamment celle de s’engager à ne pas transmettre à Washington les informations qu’ils recueillent en survolant le territoire de la Russie lors des vols d’observation autorisés par le traité.

Dans ces conditions, Moscou estime que l’équilibre entre les signataires est gravement perturbé raison pour laquelle la Russie a décidé de renoncer. Le ministère des Affaires étrangères estime en effet que son rôle d’instrument de renforcement de la confiance et de la sécurité n’est plus garanti.

Depuis novembre en effet, les avions russes ne sont plus autorisés à survoler le territoire américain. On ne peut néanmoins s’empêcher de penser que Moscou en profite pour engranger quelques atouts pour l’avenir. Dans les semaines qui viennent, la Russie s’apprête en effet à renégocier avec l’administration Biden, le traité START sur les armes nucléaires conventionnelles.