Russie : Alexeï Navalny accuse les renseignements russes à l’aide d’un enregistrement

Depuis qu’il a été empoisonné cet été, Alexeï Navalny veut prouver que c’est le FSB, le renseignement russe, qui a mené l’opération avant qu’il embarque pour un vol entre la Sibérie et Moscou (Russie). Il a mené son enquête depuis l’Allemagne, où il a été sauvé. Il y a huit jours, il affirme avoir contacté un membre du commando à la manœuvre, Constantin Kudryavtsev. Pour le piéger, Navalny s'est fait passer pour un officier d’un autre service, qui enquête sur les ratés de l’empoisonnement. Des confidences troublantes D’abord méfiant, le présumé officier du FSB finit par révéler que le poison aurait été appliqué sur les sous-vêtements de l’opposant, "à l’intérieur, sur les coutures à l’entrejambe", précise-t-il dans l'enregistrement. Kudryavtsev explique ensuite qu’il a été envoyé cinq jours après à Omsk, en Sibérie, pour effacer toutes les traces sur les affaires de Navalny. "Il ne reste plus rien", affirme-t-il dans le même enregistrement. C’est le pilote de l’avion qui a déjoué les plans, en atterrissant d’urgence à l’hôpital le plus proche. Alexeï Navalny m’apporte pas de preuves sur l’identité de son interlocuteur mais présente ces confessions comme une victoire. Le Kremlin nie les faits et dénonce une provocation orchestrée avec l’aide de pays étrangers.