La Russie achèterait des munitions à la Corée du Nord

PHOTO KCNA VIA KNS/AFP

La Russie achèterait “des millions d’obus et de roquettes à la Corée du Nord”, a rapporté The New York Times lundi 5 septembre, d’après des informations déclassifiées des services de renseignement, “signe que les sanctions mondiales étranglent ses chaînes d’approvisionnement et obligent Moscou à se tourner vers des États parias pour se fournir en armements”.

La semaine dernière, des sources états-uniennes avaient déjà confié au Washington Post que la Russie avait récupéré ses premiers drones de combat iraniens, une aide militaire apparemment perturbée par des problèmes techniques.

Aux yeux de responsables de Washington, “la décision de se tourner vers l’Iran et maintenant vers la Corée du Nord indique que la Russie a du mal à approvisionner son armée du fait des sanctions et des restrictions à l’exportation imposées par les États-Unis et l’Europe”. Au sein du gouvernement de Joe Biden, on souligne notamment que la Chine “respecte jusqu’ici les restrictions à l’exportation visant l’armée russe”, contrairement à ce qu’espérait Moscou.

“Rien à voir avec la haute technologie”

Toutefois, ajoute le New York Times, l’approvisionnement en roquettes et en obus nord-coréens n’est pas nécessairement lié à l’interdiction d’exporter vers la Russie des technologies sensibles. Ces munitions produites par Pyongyang “n’ont rien à voir avec la haute technologie”, relève Frederick Kagan, expert militaire à l’American Enterprise Institute, un think tank néoconservateur. Et le journal de citer cet observateur :

“La seule raison pouvant expliquer que le Kremlin achète des obus ou des roquettes à la Corée du Nord ou à tout autre pays, c’est que Poutine n’a pas pu, ou pas voulu, mobiliser l’économie russe pour un effort de guerre même basique.”

Ainsi, poursuit le New York Times, “cette révélation selon laquelle la Russie cherche à se procurer davantage de munitions d’artillerie est un signe que ses difficultés d’approvisionnement ne concernent pas seulement les composants haut de gamme pour des chars dernier cri ou les missiles de précision”.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :