La Russie accuse l'Ukraine d'avoir tiré sur des plateformes de forage en mer, sept disparus

Une plateforme de forage à Astrakhan, en Russie, le 10 avril 2011 - Mikhail MORDASO - AFP
Une plateforme de forage à Astrakhan, en Russie, le 10 avril 2011 - Mikhail MORDASO - AFP

Les autorités russes ont accusé ce lundi les forces ukrainiennes d'avoir tiré sur des plateformes de forage d'hydrocarbures en mer au large de la Crimée, faisant état d'au moins trois blessés.

"Nous confirmons qu'il y a trois blessés et sept portés disparus, nous garantissons que les recherches vont se poursuivre", a indiqué sur Telegram le gouverneur installé par Moscou après l'annexion en 2014 de la Crimée, Sergueï Aksionov.

En direct à la télévision russe, Sergueï Aksionov avait affirmé précédemment que cinq personnes avaient été blessées, avant de revoir ce bilan à la baisse.

94 personnes évacuées

Selon lui, les tirs ont visé trois plateformes de forage de l'entreprise Tchernomorneftegaz, entraînant l'évacuation de 94 personnes présentes sur place.

"Quinze militaires restent pour assurer la surveillance des plateformes", a précisé lundi soir Sergueï Aksionov, toujours sur son compte Telegram.

Il s'agit de la première frappe rapportée contre une infrastructure d'hydrocarbures offshore en Crimée depuis le début de l'offensive que mène la Russie contre l'Ukraine depuis fin février.

Les recherches se poursuivent

Selon Sergueï Aksionov, les recherches de disparus se déroulent "avec la participation de navires de patrouille et de moyens aériens".

Il a précisé que les tirs avaient atteint en particulier l'une des trois plateformes. Olga Kovitidi, désignée sénatrice de Crimée par Moscou, a déclaré à l'agence russe Ria Novosti qu'il n'y avait pas eu de victimes sur les deux autres plateformes.

La compagnie Tchernomorneftegaz, sous sanctions américaines depuis 2014, exploite plusieurs gisements gaziers et pétroliers en mer Noire et en mer d'Azov.

Après l'annexion de la Crimée, les nouvelles autorités russes avaient nationalisé les actifs de Tchernomorneftegaz, qui était avant cela une filiale de l'opérateur public ukrainien Naftogaz.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles