Russie: un accord sur l’affaire Baring Vostock peut redonner de l’espoir à Philippe Delpal

·1 min de lecture

C’est un motif d’espoir pour Philippe Delpal cet homme d’affaires français accusé d’escroquerie en Russie, et assigné à résidence à Moscou. Un accord financier a été trouvé entre le fonds d’investissement qui l’employait et la banque russe qui se trouve à l’origine de toute l’affaire.

Avec notre correspondant à Moscou, Daniel Vallot

Le cauchemar n’est pas encore terminé pour Philippe Delpal et pour ses coaccusés. Mais pour la première fois depuis le début de l’affaire Baring Vostok, en février 2019, l’homme d’affaires français peut espérer échapper à l’engrenage judiciaire qui l’a mené en prison, puis en résidence surveillée.

Une peine « symbolique » attendue

Ce mercredi, un accord financier a été confirmé par la banque russe, qui accusait d’escroquerie le fonds d’investissement Baring Vostok. Celui-ci devra lui verser 2,5 milliards de roubles (environ 27 millions d’euros). C’est exactement la somme que le fonds d’investissement était accusé d’avoir détournée.

Ce règlement à l’amiable n’annule pas, pour autant, la procédure criminelle intentée au fondateur de Baring Vostok, l’américain Michael Calvey, et à ses employés, parmi lesquels se trouve Philippe Delpal.

Le procès devrait même se tenir dans les prochaines semaines, mais la presse russe s’attend désormais à une peine « symbolique » pour les accusés. De quoi mettre un terme à une procédure qui a considérablement assombri le climat des affaires à Moscou. Et qui a également été source de crispation diplomatique entre la France et la Russie.

►À lire aussi : Le Forum économique russe plombé par l'affaire Baring Vostok