Cette ruse de De Gaulle que Macron utilise pour faire passer la réforme des retraites

Jacky Isabello
Le haut-commissaire à la réforme des retraites Jean-Paul Delevoye n'a pas obtenu le titre de ministre mais a intégré officiellement le gouvernement le 3 septembre pour défendre la future réforme devant le Parlement.

M. Delevoye a été nommé au gouvernement pour conduire la grande réforme du système de retraite français. Pourtant, alors que ce dernier avait construit une usine rhétorique dont les précautions langagières prônaient, dans un rapport remis à Matignon le 18 juillet dernier, l’augmentation de l’âge de départ en retraite à taux plein, le Président l’a désavoué en direct sur France 2 et enterré le seuil des 64 ans. Macron trancha sans ambages: “on voit bien que cet âge pivot n’est pas bien compris”. Comment un Haut-commissaire désavoué peut-il donc ensuite bénéficier dans la foulée d’une promotion au gouvernement afin de poursuivre une réforme essentielle pour la bonne santé politique d’un Président de la République tout juste remis d’une épidémie en jaune? 

Derrière cela se cache une stratégie politicienne dont la communication est un levier essentiel.

Pourquoi M. Delevoye a-t-il travaillé d’arrache-pied à échanger patiemment avec certains partenaires sociaux pour penser une authentique réponse reposant sur un report de l’âge de départ à la retraite dissimulé sous d’obscures formulations? Il s’agissait de faire avancer le dossier en donnant du corps au nouveau positionnement du Président de la République engagé dans la mise en place de l’acte 2 de son quinquennat. Celui d’un président qui a changé, qui opte pour la consultation. En agissant ainsi, le Président donne l’impression d’entendre les arguments de la CFDT, pion essentiel à la réussite de sa réforme. 

Delevoye et Macron remettent au goût du jour une vieille tactique utilisée par De Gaulle. Cette technique de la ruse délibérative nous est détaillée par Pierre-Henri Tavoillot dans l’ouvrage: “Comment gouverner un peuple-roi?”. Le 12 juillet 1961, Alain Peyrefitte est reçu en audience par De Gaulle sur la situation en Algérie. L’échec du projet d’assimilation dessine de plus en plus le scénario de l’indépendance. Mais à quelles conditions, c’est l’enjeu des négociations secrètes engagées avec le FLN. De Gaulle...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post