Après sa rupture, il place un logiciel espion dans le smartphone de son ex

·1 min de lecture
Un homme interpellé pour avoir placé un logiciel espion dans le tel de son ex - Getty Images

Un habitant de Tonneins, dans le département du Lot-et-Garonne, a été interpellé pour avoir placé un logiciel espion dans le téléphone de son ex-compagne. Incapable de digérer leur rupture, il pouvait ainsi la suivre et l’écouter à distance.

La technologie n’est ni bonne ni mauvaise, elle n’est que ce que l’on en fait. Une habitante du Lot-et-Garonne a cependant découvert que nos appareils modernes offrent d’infinies possibilités pour ceux qui s’en servent à mauvais escient. Son ex-compagnon avait en effet installé un logiciel espion dans son smartphone pour pouvoir la surveiller, rapporte le journal Sud-Ouest.

Une fois installé, ce petit programme invisible permet d’accéder à distances aux conversations, aux fichiers et à la localisation de l’appareil infecté. Pire encore, il permettait à l’homme d’écouter les conversations de sa victime en allumant son micro à distance. Une violation de la vie privée qui, en plus d’être illégale, est absolument insupportable.

Une rupture mal digérée

La police n’a pas révélé la façon dont la victime a découvert l’espionnage dont elle faisait l’objet mais son ex-compagnon a été interpellé par les fonctionnaires. Âgé de 41 ans, cet habitant de la ville de Tonneins n’aurait pas supporté leur récente rupture et aurait donc décidé de garder le contrôle sur l’intimité de celle qui partageait sa vie. Extrêmement jaloux et possessif, il devra répondre de cet acte grave et pourrait être placé sous contrôle judiciaire en attendant son procès.

VIDÉO - "Le gouvernement doit former les policiers et les gendarmes sur les violences conjugales" : Caroline De Haas (collectif "Nous Toutes") alerte sur la situation

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles