Ruinart selon l'artiste David Shrigley

Par Arthur Frydman
·1 min de lecture
David Shrigley
David Shrigley

Depuis presque 300 ans, Ruinart n'a cessé de développer une certaine ivresse artistique et de promouvoir un art de vivre qui lui est propre, en résonance avec le siècle des Lumières, qui l'a vu naître en 1729. Chaque année, la plus vieille maison champenoise commissionne des artistes de renom afin de réaliser des ?uvres uniques, inspirées de l'histoire, du terroir et de l'univers Ruinart. Après l'artiste tchèque Alphonse Mucha en 1896, qui réalisa une affiche commandée par André Ruinart, puis plus récemment, Hubert Le Gall, Jaume Plensa, Liu Bolin ou l'artiste brésilien Vik Muniz l'an dernier, Ruinart confie au Britannique, à l'humour pinçant, David Shrigley sa carte blanche 2020. Une rencontre effervescente et audacieuse entre un artiste fantasque et l'élégance de la maison de champagnes.

Ruinart ©  Benoit Florencon
Ruinart © Benoit Florencon

Ruinart, crayères Reims © Benoit FlorenconArtiste discret et inclassable, nominé pour le Turner Prize en 2013, David Shrigley est surtout connu pour son trait enfantin et naïf de dessinateur. Ses ?uvres bien souvent provocantes sont généralement accompagnées d'un petit texte absurde à l'humour décalé, autrement dit british. C'est sur ce grand dadais au flegme indolent que Frédéric Dufour, le président de Ruinart, a posé son regard, à la suite d'une exposition à la foire Frieze à Londres. Son objectif ? Offrir un regard nouveau et singulier sur la maison avec l'humour décalé et sans concession de l'artiste britannique au travers d'un ensemble d'une trentaine d'?uvres d'a [...] Lire la suite