Rugby : Montpellier remporte le Challenge européen face à Leicester

·3 min de lecture

Le club français de Montpellier a remporté, vendredi, pour la deuxième fois le Challenge européen, la "petite" Coupe continentale de rugby, en dominant les Anglais de Leicester d'un petit point (18-17) à Twickenham, en Angleterre.

Montpellier poursuit son redressement avec brio : le club héraultais a redonné de l'éclat à sa saison en remportant son deuxième Challenge européen, la "petite" Coupe continentale de rugby, grâce à un succès d'un point en finale devant les Anglais de Leicester, vendredi 21 mai à Twickenham.

Guilhem Guirado et ses partenaires ont douché l'enthousiasme de quelque 10 000 supporters anglais, qui scandaient des "Tigers, Tigers", le surnom de l'équipe de Leicester, en s'imposant du plus faible écart (18-17) au bout du suspense.

Après le succès du MHR, les deux trophées européens reviendront donc à la France, puisque Toulouse et La Rochelle s'affrontent samedi (17 h 45) en finale de la "Champions Cup".

Les clubs hexagonaux qui font main basse sur les deux compétitions européennes ? Ce n'était arrivé qu'une fois, en 1997, grâce aux victoires de Brive et de Bourgoin-Jallieu.

Mais si le parcours des Toulousains et des Rochelais n'a rien d'une surprise, imaginer Montpellier remporter un deuxième Challenge européen, après 2016, semblait inespéré il y a quelques mois.

Montpellier, avant-dernier du Top 14 en février

Début février, le club présidé par Mohed Altrad, grand argentier du rugby, était encore avant-dernier de Top 14. Mais le directeur sportif Philippe Saint-André a bien redressé le navire languedocien. L'ancien sélectionneur du XV de France (2011-2015), redevenu entraîneur début janvier après le licenciement de Xavier Garbajosa, a même transformé une équipe moribonde en escouade conquérante.

Tout n'a pas été simple et PSA a d'abord dû encaisser cinq défaites en cinq matches après avoir remis le survêtement d'entraîneur. Mais depuis début février, la machine montpelliéraine s'est remise en route. Elle n'a ainsi concédé que deux défaites en douze matches, toutes compétitions confondues. Vendredi, dans le temple du XV de la Rose, les Languedociens ont pourtant failli être plombés par leur indiscipline.

Les neuf pénalités concédés en 45 minutes ont fait désordre. Ce sont surtout les deux cartons jaunes, infligés au N°8 Alexandre Bécognée en fin de première période puis au capitaine et talonneur Guilhem Guirado en début de seconde, qui ont offert des munitions à leurs adversaires.

Les Tigres en ont profité pour recoller au score (10-10) grâce à un essai en force de Harry Wells puis pour creuser l'écart avec le N°8 sud-africain Jasper Wiese en mode bulldozer. À chaque fois, sur des ballons portés que les Montpelliérains ont eu toutes les peines du monde à maîtriser.

L'équipe de Philippe Saint-André n'a pas non plus été gâtée par le sort, avec les sorties, pour commotion cérébrale, du flanker Fulgence Ouedraogo et du centre Arthur Vincent. Malgré cela, les Montpelliérains se sont accrochés et le centre sud-africain Johan Goosen – désigné homme du match – a redonné les commandes à son équipe (18-17) d'un essai en solitaire, après une passe intérieure futée de l'arrière Anthony Bouthier, à l'approche des vingt dernières minutes.

Un "match qui a été dur, âpre"

Les Montpelliérains ont souffert. Mais ils ont tenu bon en défense devant les assauts du club aux dix couronnes de champion d'Angleterre qui cherchait aussi à donner du relief à une saison décevante. Hors course pour le titre en "Premiership", les "Tigers" ambitionnaient de renouer le fil de leur glorieux passé européen, eux qui avaient réussi un doublé dans la "Champions Cup" en 2001-2002. En vain.

"On gagne ce match qui a été dur, âpre, Leicester est gaillard devant. Mais bon, quelle abnégation, quel courage !", a salué Saint-André au micro de France 3.

Pas encore sauvé en Top 14, Montpellier va devoir remettre le bleu de chauffe pour assurer son maintien et ce, dès mardi. Il se rendra à Bordeaux-Bègles pour un match en retard, qui s'annonce difficile. Mais avec le cœur plus léger et une qualification pour la "Champions Cup" 2021-2022 en poche.

Avec AFP