Rugby : l'Argentine bat la Nouvelle-Zélande pour la première fois de son histoire

John Davidson/AP/SIPA

Cette fois, le XV d'Argentine est entré dans la cour des très grands en battant pour la première fois les All Blacks (25-18) samedi à Christchurch, pour la 3e journée du Rugby Championship.

Un exploit historique: l'Argentine s'est imposée pour la première fois de son histoire en Nouvelle-Zélande (25-18) samedi à Christchurch, pour la 3e journée du Rugby Championship, replongeant les All Blacks dans la tourmente avec cette 6e défaite en huit matches.

"Comme je l'ai déjà dit les semaines passées, nous sommes une équipe en reconstruction et parfois la confiance ne vient pas aussi vite que nous le voudrions", a commenté après la rencontre le sélectionneur néo-zélandais Ian Foster, sous le feu des critiques depuis des mois.

"On n'aime pas perdre et nous savons que notre pays n'aime pas perdre non plus. Je crois que nous sommes tous dans le même bateau: cette défaite fait mal", a-t-il ajouté.

Pour les Blacks, la crise ouverte par les mauvais résultats récents se confirme

Les Argentins, eux, étaient aux anges samedi après cet exploit acquis grâce à "la discipline, la défense et un (Emiliano) Boffeli parfait", selon le quotidien Clarin.

De fait, les Pumas ont bien exploité l'indiscipline de Néo-Zélandais en plein doute, et ont notamment gagné grâce à 20 points de leur buteur Emiliano Boffelli, auteur de six pénalités et une transformation.

Grâce à cette victoire, l'Argentine "a non seulement conservé la tête du tournoi qui rassemble les puissances de l'hémisphère Sud (le Rugby Championship), mais elle construit aussi, pas à pas, placage après placage, son chemin vers le Mondial en France, avec une solidité inédite", a encore salué Clarin.

Pour les Blacks, la crise ouverte par les mauvais résultats récents --défaites face à la France (40-25), l'Irlande (23-12 et 32-22), et l'Afrique du Sud (26-10)-- s'était à peine apaisée avec le dernier succès en Afrique du sud. Elle devrait repartir de plus belle.

Le futur de(...)


Lire la suite sur Paris Match