Rugby: la France se fait du bien au moral pour son premier test-match

Le XV de France a signé une belle victoire face à l’Écosse samedi à Nice (32-3) en amical. Un premier match de préparation à la Coupe du monde 2019 réussi pour les Bleus, avec cinq essais inscrits et aucun encaissé. Une performance qui doit toutefois être pondérée au regard du passif de l’équipe de France et de la composition du XV du Chardon, qui devrait avoir un autre visage le 24 août pour le deuxième test-match à Edimbourg.

C’est bon pour le moral ! Une victoire, par définition, est quasiment toujours le meilleur moyen possible pour prendre confiance et monter en puissance. Une victoire de l’équipe de France de rugby,à la dérive ces dernières années, l’est encore plus. Alors, pour ces Bleus en route pouTor la Coupe du monde 2019 au Japon (du 20 septembre au 2 novembre), tout ce qui positif est bon à prendre, comme cette victoire acquise contre l’Écosse ce samedi 17 août en amical (32-3).

Beaucoup de changements chez ces Bleus

Pour ce premier test-match sur trois avant le grand rendez-vous en Asie, l’équipe de France s’est présentée à l’Allianz-Riviera de Nice avec son nouveau staff, c’est-à-dire le sélectionneur Jacques Brunel, et surtout Fabien Galthié, adjoint pour le moment et prochain boss des Bleus à partir de 2020.

Manquaient à l’appel, en revanche, plusieurs joueurs victimes d’ennuis physiques, dont Paul Willemse, Etienne Falgoux et Geoffrey Doumayrou, blessés cet été et forfait pour le Mondial. Doumayrou, dont le renoncement a été officialisé jeudi, sera d’ailleurs remplacé dans le groupe par Virimi Vakatawa, comme l’ont annoncé Midi Olympique et L’Équipe plus tôt ce samedi.

Malgré ces changements plus ou moins profond et une condition physique encore imparfaite compte tenu de la préparation en cours, les Bleus se sont présentés tels qu’ils étaient face aux Écossais, c’est-à-dire avec une équipe très expérimentale, avec des joueurs désireux de faire leurs preuves – ils sont encore 37 dans le groupe, alors que la liste définitive des 31 Mondialistes est attendue d’ici au 2 septembre – et avec l’envie de bien faire. Cela s’est vu sur la pelouse niçoise.

De bonnes premières, Médard voit double

Une minute et trente seconde : c’est le temps qu’il a fallu à Alivereti Raka, 24 ans, pour marquer son premier essai international lors de sa première sélection. Puis, le plus expérimenté Maxime Médard, 32 ans lui, a corsé l’addition en filant à l’essai en bout de ligne (22e). L’Écosse, avec son équipe remaniée et amputée de la plupart de ses habituels titulaires, n’a pu réagir en première période. Grégory Alldritt a enfoncé le clou en marquant le troisième essai sur une action où les Bleus ont dominé en touche comme en mêlée (33e).

Le second acte fut moins enlevé, plus brouillon, mais le XV de France a fini par concrétiser à nouveau sa domination. Maxime Médard a signé un doublé sur une très belle relance avec un François Cros excellent à la manœuvre pour sa première cape (54e). Et finalement, un dernier slalom de Damian Penaud a envoyé Antoine Dupont au cinquième et ultime essai (60e).

A confirmer

Après des années difficiles, un dernier Tournoi des 6 Nations compliqué avec de lourdes défaites et tous les changements opérés par la Fédération française de rugby au printemps, des inquiétudes légitimes accompagnent le XV de France. Elles ne sont clairement pas balayées ce samedi soir, mais le moral est bien meilleur après cette belle victoire méritée, sans essai encaissé et quasiment sans bavure (seulement deux essais transformés par Camille Lopez).

La donne devrait être différente le 24 août pour le deuxième test-match, toujours face à l’Écosse, mais au stade Murrayfield d’Edimbourg cette fois. Le XV du Chardon sera dans de meilleures dispositions. Le défi des Bleus : confirmer, pour se projeter avec un peu plus de certitudes vers le Japon.