Rugby: les Françaises s'offrent la Nouvelle-Zélande avec brio

·3 min de lecture

Le XV de France féminin a surclassé la Nouvelle-Zélande (38-13), championne du monde en titre mais méconnaissable, samedi à Pau, pour son deuxième test automnal, à moins d'un an du prochain Mondial (8 octobre - 12 novembre 2022) organisé en Nouvelle-Zélande.

Les Bleues, déjà largement supérieures à l'Afrique du Sud (46-3) lors de leur premier test samedi dernier à Vannes, affronteront de nouveau les Black Ferns, samedi prochain à Castres, pour boucler leur tournée automnale.

Le même jour, le XV de France masculin rencontrera lui aussi la Nouvelle-Zélande, mais au Stade de France.

Devant près de 12.000 chaleureux spectateurs au stade du Hameau, la capitaine Gaëlle Hermet et ses partenaires se sont imposées 6 essais à 1, dont un doublé de l'ailière Cyrielle Banet, pour décrocher une troisième victoire consécutive face aux "Fougères noires".

"Aujourd'hui, c'est vraiment une belle satisfaction. Un écart de points comme ça face aux championnes du monde, cela ne nous était jamais arrivé", a appécié la manager générale des Bleues Annick Hayraud.

Face aux Néo-Zélandaises, les Françaises s'étaient auparavant imposées 30-27 à Grenoble en novembre 2018 puis 25-16 à Chula Vista, en Californie, en juillet 2019 lors des Super Series.

Cette fois-ci, la différence de niveau n'a guère fait l'ombre d'un doute. Les Black Ferns en phase de reconstruction, avaient déjà été rudement punies par les Anglaises, N.1 mondiales (43-12 puis 56-15), pour leur retour en Europe ces dernières semaines.

Les Bleues ont pris le dessus en première période, avec trois essais. Le premier, signé Banet, est intervenu à peine après dix minutes de jeu à la suite d'un maul. Les Black Ferns avaient déjà peiné pour défendre sur ce type de regroupement face aux Anglaises.

- Ballons portés -

Banet a récidivé en réceptionnant un magnifique coup de pied de gauche à droite de la centre Gabrielle Vernier, à l'issue d'une action d'école.

La sortie pour protocole commotion de l'ailière Caroline Boujard, l'une des attaquantes bleues les plus vivaces, n'a pas désorganisé l'équipe de France. La jeune Chloé Jacquet (19 ans), vice-championne olympique à sept à Tokyo, est rentrée en jeu au poste d'arrière et s'est illustrée en marquant son premier essai international à quinze pour sa deuxième sélection.

Les Bleues ont enfoncé le clou en seconde période, en marquant trois nouveaux essais à chaque fois sur des ballons portés.

"On savait qu'il fallait des ballons portés performants (...) Garder les ballons au chaud, aujourd'hui cela a été une force", a expliqué la talonneuse Agathe Sochat, qui a participé au festival offensif. L'arrière Emilie Boulard, repositionnée à l'aile, et la demie de mêlée remplaçante Laure Sansus ont aussi aplati sous les vivats d'un public béarnais ravi qui a entonné la Marseillaise.

Les Black Ferns ont sauvé l'honneur en marquant un essai en fin de match. Mais les Françaises tenaient déjà un succès de prestige face aux quintuples championnes du monde (record), en plein doute à moins d'un an de leur Mondial.

ll/jld

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles