Rugby : la Fédération française autorise l'inclusion des transgenres dans les compétitions

·1 min de lecture

"Considérant qu'il était temps que la pratique du rugby soit en cohérence avec la vie que l'on a choisie, et non celle qui nous a été assignée, la Fédération française de rugby (FFR) a décidé de permettre aux trans-identitaires, transsexuels et transgenres de participer à toutes ses compétitions officielles", a expliqué l'instance dirigeante du rugby français lundi, à l'occasion de la journée mondiale contre l'homophobie, la transphobie et la biphobie. La FFR devient la première fédération sportive hexagonale à inclure les athlètes transgenres dans son règlement.

"Amorcer un véritable changement"

La Fédération, détaille-t-elle, s'est appuyée sur la commission fédérale CADET (commission anti-discriminations et égalité de traitement) "afin d'amorcer un véritable changement pour l'intégration totale et sans condition de la communauté LGBT+ dans le rugby". Les personnes trans, réassignées physiquement, peuvent ainsi évoluer dans toutes les compétitions officielles organisées par la FFR si elles sont reconnues administrativement.

Les femmes trans (nées hommes) "non opérées" devront en outre attester qu'elles "suivent un traitement hormonal depuis à minima 12 mois" et ne dépassant pas le seuil de 5 nanomole/litre du taux de testostérone. Les hommes trans (nés femmes) n'ont à l'inverse aucune restriction. Une commission adéquate étudiera également chaque cas dans un délai de deux mois "pour valider l'iniquité des gabarits dépassant la norme médiane et dans un esprit d'inclusion"...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles