Frontières: Ruffin (LFI) veut limiter la circulation des personnes

·3 min de lecture

Le député LFI François Ruffin s'est déclaré mercredi favorable au retour des frontières "sur capitaux, marchandises et personnes", estimant qu'il faut "poser des limites à la circulation tous azimuts des personnes".

Ces déclarations ont été immédiatement critiquées sur les réseaux sociaux par des élus de la majorité qui l'accusent de se mettre "dans les pas" du Rassemblement national.

Interrogé sur la réhabilitation des frontières par l'ancien ministre socialiste Arnaud Montebourg, le député de la Somme l'a approuvé sur France Inter: "Je suis favorable au retour des frontières sur capitaux, marchandises et personnes".

"Je suis favorable au retour des frontières aussi pour les gens du Nord qui vont voyager partout dans le monde, il faut poser des limites aussi à la circulation tous azimuts des personnes", a-t-il précisé.

"Je pense que les frontières ne sont pas quelque chose de négatif, les frontières permettent de se construire aussi", a-t-il insisté.

"D'un extrême à l'autre. Au moins, les choses sont claires. Un nouveau rideau de fer, voilà le projet liberticide de François Ruffin pour la France et l’Europe. L'universalisme des Lumières est attaqué de toutes parts. Ne cédons rien aux vrais ennemis de la liberté. #rougebrun", a dénoncé sur Twitter l'ancien porte-parole du gouvernement et député LREM Benjamin Griveaux.

Son collègue Pieyre-Alexandre Anglade est tout aussi critique: "La France Insoumise dans les pas du Rassemblement national! Dans un fatras que lui seul comprend, François Ruffin nous expose sa dernière trouvaille en date: fermer les frontières et empêcher les +Européens du Nord+ de se déplacer..."

"Voilà qui a le mérite d'être clair: François Ruffin défend le Frexit et la fin des 4 libertés en Europe, dont la libre circulation des citoyens, des biens et des services. Au moins on sort de l'hypocrisie du Plan B pour un retour au plan N, la France seule face au monde!", a déploré l'eurodéputé LREM Pascal Durand.

Interrogé sur l'évacuation des migrants de la place de la République à Paris, M. Ruffin a souligné qu'il "y a un devoir d'humanité à avoir" mais aussi que "tant qu'on n'aura pas revu les accords de Dublin (sur les demandeurs d'asile, NDLR), on va se retrouver incapable de gérer tous ces dossiers".

Le député de la Somme a aussi ironisé sur les "contrôles aléatoires à la frontière" annoncées par le Premier ministre Jean Castex pour les Français qui iraient skier à l'étranger à Noël.

"Si on est capable de le faire sur les gens qui vont skier à l'étranger et a priori ce n'est pas mes copains qui vont en Suisse, je ne vois pas pourquoi on n'est pas capable de le faire sur des containers avec des pneus", a-t-il réagi.

"Je voudrais bien qu'il y ait des contrôles à l'entrée de nos frontières sur les pneus en provenance de l'Asie puisque Agnès Pannier-Runacher nous a parlé du pneu asiatique comme si c'était une espèce de fléau naturel comme le frelon, alors que c'est politiquement, économiquement, organisé", a-t-il expliqué.

François Ruffin a accusé le 17 septembre les gouvernements successifs d'avoir "trahi" et d'être les "complices" de multinationales comme le groupe japonais de pneumatiques Bridgestone qui a annoncé la prochaine fermeture de son usine de Béthune (Pas-de-Calais).

el/jk/cal