Rue de Trévise : 20 millions d’euros débloqués par la mairie de Paris

·1 min de lecture
La ville va ainsi participer à l'indemnisation des victimes, qu'elle espère effective « d'ici la fin de l'année ».
La ville va ainsi participer à l'indemnisation des victimes, qu'elle espère effective « d'ici la fin de l'année ».

Pour alimenter le futur fonds d?indemnisation des victimes de l?explosion de gaz mortelle de la rue de Trévise en janvier 2019, la mairie de Paris va débloquer 20 millions d?euros, a-t-elle indiqué, lundi 4 octobre, à l?Agence France-Presse, confirmant une information du Parisien. La Ville va ainsi participer à l?indemnisation des victimes, qu?elle espère effective « d?ici la fin de l?année », « sans que cela présume de sa culpabilité », souligne le cabinet du premier adjoint de la maire PS Anne Hidalgo, Emmanuel Grégoire. Le Conseil de Paris, qui débute le 12 octobre, devra se prononcer sur cette participation.

Dans ce dossier, la mairie de Paris et le syndic de copropriété de l?immeuble ont été mis en examen pour « homicides et blessures involontaires » et « destruction, dégradation ou détérioration par l?effet d?une explosion ou d?un incendie ». Emmanuel Grégoire appelle les autres parties prenantes (l?entreprise chargée d?effectuer des travaux sur le trottoir, le syndic de copropriété, les assureurs, GRDF?) à une réunion « dès la semaine prochaine », sous l?égide de la déléguée interministérielle à l?aide aux victimes (DIAV) Frédérique Calandra, « pour que les entités impliquées provisionnent et participent substantiellement » au fonds d?indemnisation.

« Pourquoi pas 30, 40 ou 50 millions ? »

« Si quelqu?un a traîné » pour mettre en place l?accord-cadre, « ce n?est pas la Ville », avait affirmé Emmanuel Grégoire jeudi à l?Agence France-Presse après interp [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles