De rudes négociations post-Brexit s'ouvrent à Bruxelles

À peine ouverte, la période de transition qui doit permettre au Royaume-Uni et à l'Union européenne (UE) de nouer de nouvelles relations post-Brexit, s'annonce complexe. Dans l'après-midi du lundi 2 mars, des négociateurs britanniques et européens vont faire valoir leurs arguments pour ce premier round des discussions. Au programme : redéfinition des droits de douane, accès aux eaux de pêche ou encore établissement possible de visas de travail. Boris Johnson déterminé à en finir au plus vite Ce chantier énorme des négociations, Boris Johnson entend bien le terminer avant le 31 décembre 2020, fin officielle de la période de transition. Le Premier ministre britannique jouit d'une forte majorité au Parlement. En position de force, il a annoncé qu'il était prêt à claquer la porte des discussions s'il y avait trop de tergiversations entre les deux parties. Les Vingt-Sept, unis autour du négociateur en chef Michel Barnier, ont pour l'instant l'avantage de faire front commun pour faire entendre au Royaume-Uni qu'il a plus à perdre qu'à gagner dans cette bataille.