50 journalistes ont été tués en 2020, à deux tiers dans des pays en paix, selon RSF

·1 min de lecture

Reporters sans frontières publie mardi son rapport annuel sur les journalistes tués dans le monde. Il en dénombre 50. Ce chiffre est stable par rapport aux 53 journalistes tués l'an dernier, malgré la réduction du nombre des reportages du fait de la pandémie de Covid-19, constate RSF dans son bilan annuel publié mardi. Sur 10 ans, l'ONG compte 937 journalistes tués. Cette année, près de sept journalistes sur dix (soit 34 journalistes représentant 68% du nombre total) ont été tués dans des pays en paix, souligne RSF qui a réalisé son décompte annuel entre le 1er janvier et le 15 décembre. Le Mexique est le pays le plus meurtrier pour la profession avec 8 tués, suivi par l'Inde (4), le Pakistan (4), les Philippines (3) et le Honduras (3). L'organisation de défense de la presse constate la réduction du "nombre de journalistes tués sur les terrains de guerre", mais de plus en plus d'assassinats dans des pays dits en paix, une tendance amorcée dès 2016.

Le 14 décembre, l’ONG avait publié un autre rapport, celui sur les emprisonnements. 387 journalistes, professionnels ou non, étaient toujours sous les verrous pour avoir exercé leur métier, contre 389 un an plus tôt, d'après Reporters sans frontières. Comme l'année dernière, cinq pays concentrent plus de la moitié des journalistes incarcérés (61%), la Chine restant la plus grande prison du monde avec 117 journalistes détenus, devant l'Egypte (30), l'Arabie saoudite (34), le Vietnam (28) et la Syrie (27).

Si le nombre total de déte...


Lire la suite sur LeJDD