RSA, aides aux personnes âgées... quels bénéficiaires, selon les départements ?

Âge, niveau de revenu, situation du marché du travail local… Autant de paramètres qui font varier le nombre de bénéficiaires des aides sociales et les dépenses engendrées d’un département à l’autre. La dernière étude de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees), publiée ce jeudi, constate en effet une répartition géographique des aides et des dépenses liées à l’insertion, à l’enfance, aux personnes âgées ou handicapées très inégale entre les départements. Si au niveau national, le taux de mesures d’aide sociale, c’est-à-dire le nombre d’aides pour 1000 habitants s’élève à 63, celui-ci varie du simple au triple sur l’ensemble du territoire (en excluant la Guadeloupe, la Martinique et la Réunion où il est particulièrement élevé : 145 pour 1.000 habitants).

Fin 2017 en métropole, ce sont les départements du Nord, la Seine-Saint-Denis, mais aussi ceux du pourtour méditerranéen qui sont les plus sollicités. Là où la Drees relève moins de 45 aides pour 1.000 habitants en Seine-et-Marne et dans l’Ain, elle fait état de 70 à 83 aides pour 1.000 habitants en Seine-Saint-Denis et dans le Nord, et de 83 à 160 aides pour 1.000 habitants dans l’Aude et les Pyrénées-Orientales. Même constat côté dépenses. Les dépenses annuelles totales nettes d’aide sociale par habitant se situent entre 730 et 1.240 euros en Seine-Saint-Denis et dans l’Aude. Elles sont bien moindres dans les Alpes et dans les départements du nord-est de la France.

Handicap : des dépenses plus hétérogènes selon les départements

Là où les conditions d’attribution et le montant du RSA et des aides aux personnes âgées sont fixés au niveau national, les départements ont davantage de liberté dans les domaines du handicap et de la protection de l’enfance. Les montants de ces aides et les modalités de prise en charge ne sont donc pas identiques d’un département à l’autre. Quatre départements, dont la Corrèze et l’Essonne, dépensent chaque année, plus de 21.500 euros au profit des

(...) Cliquez ici pour voir la suite