Royauté : nouvelles accusations d’agression sexuelle à Buckingham

·1 min de lecture
Le garde royal accusé d'agression sexuelle a été suspendu le temps de l'enquête. (Photo d'illustration)

Un garde de la reine Elizabeth II aurait été suspendu puis arrêté pour agression sexuelle sur deux nouvelles recrues, rapporte « The Sun ».

Décidément, les scandales sexuels ne cessent de ternir l'image de la royauté britannique. La reine Elizabeth II était déjà occupée à défendre son fils, le prince Andrew, contre les soupçons d'abus sexuels dont il fait l'objet et qui auraient eu lieu du temps où il était proche de Jeffrey Epstein. Récemment, c'est dans sa garde rapprochée que des accusations d'agression sexuelle ont surgi. Selon The Sun, un homme faisant partie des « Coldstream Guards » - régiment d'infanterie de l'Armée britannique chargé, notamment, de protéger la reine - aurait été arrêté pour avoir abusé de deux nouvelles recrues lors d'un rituel d'initiation qui a eu lieu à quelques encablures du château de Windsor.

L'individu, dont ni l'âge ni l'identité n'ont été révélés, aurait agressé sexuellement les deux victimes présumées à l'aide d'un sextoy. Une enquête a été ouverte et l?officier visé a été suspendu de ses fonctions en attendant que les autorités rendent leurs conclusions.

Des précédents au sein de l'Armée britannique

Ce n'est pas la première fois que l'Armée britannique doit gérer ce type d'accusations. Il y a quelques mois, la Royal Air Force (RAF) a déjà dû démanteler une unité après que des faits similaires ont été portés à sa connaissance. Une autre réunion d'initiation avait mal tourné. Un aviateur avait agressé sexuellement une recrue avec un mortier d'artifice. Son procès est prévu l'année prochaine.

Lire sur Le Point

Ce contenu pourrait également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles