Le Royaume-Uni va demander son adhésion à l'accord de libre-échange transpacifique (CPTPP)

·2 min de lecture

Le Royaume-Uni va demander ce lundi 1er février son adhésion au partenariat transpacifique global et progressiste (CPTPP), a annoncé ce samedi 30 janvier la ministère britannique du Commerce international dans un communiqué.

Un an après le départ de Londres de l'Union européenne, « nous forgeons de nouveaux partenariats qui apporteront d'énormes avantages économiques au peuple du Royaume-Uni, a réagi le Premier ministre britannique Boris Johnson. Postuler pour devenir le premier nouveau pays à rejoindre le CPTPP prouve notre ambition de faire des affaires dans les meilleures conditions avec nos amis et partenaires partout dans le monde et d'être un fervent champion du libre-échange mondial. »

La ministre du Commerce international Liz Truss va officiellement demander ce lundi l'adhésion du Royaume-Uni à ce traité de libre-échange, qui rassemble onze pays de la zone Pacifique dont l'Australie, le Canada, le Chili, le Japon, le Mexique et le Vietnam. Les négociations entre Londres et les partenaires du CPTPP devraient commencer cette année, a précisé le ministère.

À lire également : Emmanuel Macron appelle le Royaume-Uni à «clarifier» sa relation avec l’UE

Adhésion « sans conditions »

L'adhésion au traité offrira « d'énormes occasions », a assuré de son côté Liz Truss, « cela signifiera des droits de douane plus bas pour les constructeurs automobiles et les producteurs de whisky et un meilleur accès pour nos excellents fournisseurs de services, créant des emplois de qualité et une plus grande prospérité pour les gens d'ici ».

Contrairement à l'Union européenne, rejoindre ce groupe de pays à la « croissance rapide » se ferait « sans conditions », a souligné la ministre du Commerce sur la chaîne Sky News : « nous n'aurions pas de contrôles de nos frontières, nous ne devrions pas contribuer financièrement ».

Accord abandonné par Trump

Le CPTPP a été lancé en 2019 pour supprimer les barrières commerciales entre les onze pays qui le composent, et qui représentent près de 500 millions de consommateurs dans la région Asie-Pacifique. Son objectif est aussi de contrer l'influence économique croissante de la Chine.

Ce partenariat transpacifique global et progressiste (CPTPP) est la nouvelle version du pacte de libre-échange transpacifique (TPP) qui avait été abandonné par Donald Trump.

À lire aussi : Le Royaume-Uni accueillera le prochain G7 en juin