Royaume-Uni : un site en ligne accusé d'avoir provoqué le suicide d'un parieur

·2 min de lecture
Betfair est accusé, par ses méthodes commerciales agressives, de provoquer l'addiction des parieurs et possiblement leur suicide

Luke Ashton, 40 ans, s’est donné la mort après avoir contracté des dettes vertigineuses causées par les jeux en ligne. Sa femme accuse le site Betfair d’avoir tué “à petit feu” son mari.

La veille de son décès, le site Betfair, spécialisé dans les paris en ligne, avait une nouvelle fois viré 5 livres sur son compte. Un bonus en plus, qui s’ajoutait aux nombreux autres. De quoi rendre accro Luke Ashton selon sa femme Annie, 39 ans.

L’emprise est devenu de plus en plus forte quand Luke a perdu son emploi de menuisier. À la maison toute la journée, il joue, gagne au début puis perd beaucoup. De plus en plus. En 2019, sa femme le prend par la main, gère les finances et arrive petit à petit à sortir le couple de l’endettement.

“Betfair les bombarde de bonus”

En avril dernier, Luke, confiné, perd à nouveau le contrôle. Et Betfair ne l’aide pas, au contraire. Selon le Daily Mirror, les archives montrent que le site lui a remis des bonus en espèces pour l'encourager à parier davantage, dont sept au cours des six semaines précédant sa mort. Sa femme accuse le site de profiter de la misère humaine : ”Il aurait dû y avoir une intervention, mais au lieu de protéger ses clients, Betfair les bombarde de bonus”.

À LIRE AUSSI >>> "Je misais jusqu'à 3000 euros par semaine" : ils alertent sur la spirale infernale des paris sportifs en ligne

L’entreprise a présenté ses condoléances et publié un communiqué en disant qu’une enquête interne avait été lancée, ajoutant : "Si nous trouvons des preuves de manquements, nous prendrons les mesures appropriées”.

Des parlementaires poussent pour des mesures concrètes alors que la crise du Covid a augmenté de 20% le nombre des joueurs compulsifs outre-Manche. La députée Carolyn Harris, présidente du groupe parlementaire pour les jeux d'argent, a déclaré : "Combien d'autres cas épouvantables comme celui-ci devons-nous avoir avant que les ministres prennent des mesures ?" La question pourrait également bientôt se poser en France.

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles