Royaume-Uni : le scepticisme des minorités freine leur vaccination

Par LePoint.fr (avec AFP)
·1 min de lecture
Près de 60 % des Britanniques noirs considèrent « ne pas être aussi bien protégés » par le système de santé publique que les citoyens blancs (photo d'illustration).
Près de 60 % des Britanniques noirs considèrent « ne pas être aussi bien protégés » par le système de santé publique que les citoyens blancs (photo d'illustration).

Outre-Manche, on se félicite d'avoir dépassé les 15 millions de vaccinations contre le Covid-19. Mais cette « nouvelle fantastique », d'après le ministre de la Santé Matt Hancock, dissimule une disparité entre les différentes catégories de la population britannique, raconte Courrier international.

Ainsi, le Daily Telegraph explique que, si 18 % de la population blanche a reçu sa première dose, la proportion tombe à 8 % seulement chez les Britanniques noirs. Une répartition inéquitable qui inquiète de nombreux journaux nationaux, mais aussi le gouvernement.

À LIRE AUSSICouvre-feu : le domicile privé, un lieu « inviolable et sacré »

La défiance des minorités

Début février, le ministre chargé des vaccins, Nadhim Zahawi, soulignait que 85 % des adultes britanniques souhaitaient se faire vacciner. Cependant, ces chiffres du Bureau pour les statistiques nationales (ONS) montraient aussi que « les 15 % restants concernent fortement les communautés noire, asiatique et issues des minorités, en particulier la communauté noire et afro-caribéenne ».

Le Financial Times rapporte ainsi que « le risque que les personnes de couleur ne se fassent pas vacciner est supérieur de 20 % à ce chiffre pour la population dans son ensemble ». La première raison de cet écart vient de la réticence des minorités britanniques à faire confiance aux autorités nationales. Ainsi, près de 60 % des Britanniques noirs considèrent « ne pas être aussi bien protégés » par le système de santé publique q [...] Lire la suite