Covid-19: Londres justifie le reconfinement par la nouvelle variante du virus

·4 min de lecture

Le ministre de la Santé britannique, Matt Hancock, a indiqué dimanche 20 décembre que la nouvelle souche de nouveau coronavirus était « hors de contrôle » pour justifier le reconfinement de Londres et d'une partie de l'Angleterre, qui pourrait, selon lui, durer jusqu'au déploiement d'un vaccin.

« Malheureusement la nouvelle souche était hors de contrôle. Nous devions reprendre le contrôle, et la seule manière de le faire est de restreindre les contacts sociaux », a déclaré Matt Hancock sur Sky News. Avant de rajouter que « ce sera très difficile de la garder sous contrôle jusqu'à ce qu'un vaccin soit déployé ».

Le gouvernement du conservateur Boris Johnson a annoncé samedi 19 décembre au soir le reconfinement de Londres, du sud-est de l'Angleterre et d'une partie de l'est, contraignant plus de 16 millions d'habitants à rester chez eux et à renoncer aux retrouvailles de Noël.

Les commerces non essentiels ont fermé et tous les déplacements en dehors de ces zones, placées sous le niveau d'alerte le plus élevé, que ce soit pour aller ailleurs au Royaume-Uni ou à l'étranger, sont interdits. Les pubs, restaurants et musées y étaient déjà fermés depuis mercredi.

« C'est un énorme défi jusqu'à ce que nous ayons déployé le vaccin pour protéger les gens. C'est ce à quoi nous serons confrontés au cours des deux prochains mois », a prévenu Matt Hancock.

Une propagation rapide de la souche

Le Royaume-Uni a informé l'Organisation mondiale de la santé (OMS) de la propagation plus rapide de la nouvelle souche, « jusqu'à 70% », selon le Premier ministre Boris Johnson. De précédentes mutations du SARS-CoV-2 ont déjà été observées et signalées dans le monde.

Le conseiller scientifique du gouvernement, Patrick Vallance, avait indiqué samedi que cette nouvelle variante, en plus de se propager rapidement, devenait aussi la forme « dominante », ayant entraîné « une très forte hausse » des hospitalisations en décembre. Elle serait apparue mi-septembre à Londres ou dans le Kent, selon lui.

« Une nouvelle souche avait déjà été repérée il y a quelque temps en Afrique du Sud, qui semble rendre le virus plus contagieux. Cette nouvelle souche se répand donc plus vite que les autres souches. On ne sait pas si cela change la gravité de la maladie, possiblement pas donc c’est juste plus contagieux », précise Catherine Hill, épidémiologiste.

Selon elle, cette version risque de devenir dominante: « Tous les virus mutent et en mutant quelquefois cela change certaines de leurs propriétés. Cette mutation permet au virus d’être plus contagieux et donc de gagner plus de terrain. »

Que faire pour limiter cette contamination ? Pour l’épidémiologiste, « il faut tester massivement la population pour isoler les gens qui sont contagieux. La stratégie est exactement la même. »

Un bouleversement pour les fêtes de fin d’année

Les restrictions sont semblables à celle d'un confinement total avec la fermeture des commerces et des consignes de rester à la maison. Pour beaucoup, Noël aura cette année un goût amer rapporte notre correspondant à Londres, Maxence Peigné.

« Moi, quand j'ai appris la nouvelle, j'emballais mes cadeaux de Noël pour ma famille et mes amis. J'étais censé rentrer dans le sud-ouest du pays la semaine prochaine et maintenant je suis coincé. On n'a pas eu le temps de s'adapter aux nouvelles règles. Je connais des gens qui ont quitté Londres pendant la nuit, mais je ne pouvais pas faire pareil donc je suis bloqué ici pour Noël », explique ce Londonien.

Ce qui inquiète bien sûr les Londoniens, c'est aussi la découverte d'une nouvelle souche du virus, jusqu'à 70% plus infectieuse: « C'est assez alarmant, est-ce que ça va être encore pire que ce qu'on a à l'heure actuelle si c'est plus contagieux ? J'ai un peu peur », déclare cette Londonienne.

Pour ce Parisien vivant à Londres, le risque est de ne pas pouvoir rentrer en France: « J’ai peur avec cette nouvelle souche du virus. Elle a l’air beaucoup plus contagieuse. Je dois rentrer à Paris dans deux jours et je ne sais pas si je vais pouvoir, si mon vol va être annulé ou non. J’ai très peur pour Noël cette année. »

À lire: Coronavirus: Londres durcit les restrictions pour la saison de Noël

(Avec AFP)