Royaume-Uni : pourquoi Boris Johnson reste en sursis, malgré l’échec d’un vote de défiance

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
© Reuters
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Une « humiliation », analyse le Guardian. « Johnson blessé est en danger », titre The i Paper. Un « vainqueur blessé » pour le Times. « Une victoire dérisoire qui divise les Tories », pour le conservateur The Telegraph. Au Royaume-Uni , le Premier ministre, Boris Johnson , a survécu lundi au vote de défiance des députés de son clan, les Tories. Mais, à lire la presse britannique, la situation ressemble à une victoire à la Pyrrhus, avec un gagnant tellement affaibli que sa position pourrait vite devenir intenable. Voici pourquoi « BoJo » n’est pas encore sorti d’affaire.

Parce que les frondeurs ne veulent pas rentrer dans le rang

Sur le papier, Boris Johnson obtient un répit. Il fallait 180 députés pour le démettre : dans la soirée de lundi, à l’issue d’un vote à bulletin secret, 211 conservateurs ont souhaité qu’il poursuive sa mission tandis que 148 lui ont refusé la confiance. Autrement dit, plus de quatre députés de son camp sur dix ont indiqué qu’ils n’ont pas confiance en lui.

Après cette motion de défiance ratée, les Tories ne peuvent plus engager la responsabilité du Premier ministre avant un an. Le chef du gouvernement s’est d’ailleurs empressé de se montrer positif. Dans une vidéo diffusée après le vote, il a salué un résultat « extrêmement bon, positif, concluant, décisif ». Mardi matin, en conseil des ministres, il a assuré que son gouvernement allait enfin pouvoir « tirer un trait » sur les polémiques et « faire avancer le pays ». Pour se relancer, il compte propo...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles