Royaume-Uni: polémique sur le sauvetage de la compagnie aérienne Flybe

Au Royaume-Uni, Willie Walsh, le patron d'IAG, la maison-mère de British Airways, a déposé une plainte auprès des instances européennes de la concurrence. Il dénonce le sauvetage de la compagnie aérienne à bas coût Flybe grâce à l'argent des contribuables. Cette décision intervient après la banqueroute retentissante en septembre dernier du voyagiste Thomas Cook, pour lequel le gouvernement britannique n'a pas bougé le petit doigt.

Des critiques se sont élevées du côté de l'opposition britannique. Le parti travailliste a dénoncé un cadeau au milliardaire Richard Branson, fondateur de Virgin Atlantic, et une baisse d'impôts accordée à tout le secteur aérien.

Le Premier ministre britannique, Boris Johnson, a en effet donné un coup de pouce fiscal de plus de 116 millions d'euros à Flybe, une compagnie qui joue un rôle crucial dans la desserte de nombreuses régions du Royaume-Uni, mais qui reste néanmoins une société privée.

Report de la taxe sur les billets d'avion

En contrepartie, Connect Airways, le consortium cofondé par Virgin Atlantic, la compagnie de Richard Branson, et qui détient Flybe a promis d'injecter des fonds supplémentaires dans la compagnie au bord de la faillite.

Un cadeau supplémentaire accordé cette fois à l'ensemble du secteur aérien : la taxe sur les billets d'avion a été reportée jusqu'en 2023, ce qui a suscité la colère des écologistes qui dénoncent un pied de nez à l'engagement de leur pays d'atteindre la neutralité carbone en 2050. Depuis longtemps, l'ONG Greenpeace pointe du doigt les avions, grands émetteurs de CO2, surtout sur les vols de courte distance, dont Flybe s'est fait spécialiste au Royaume-Uni.

► (Ré)écouter : Faillite de Thomas Cook: «On ne consomme pas le voyage comme avant»